Accueil » ACTUALITE » Lutte contre la pandémie du coronavirus. Situation «inquiétante et alarmante»

Lutte contre la pandémie du coronavirus. Situation «inquiétante et alarmante»

L’Algérie franchit la barre des 1.000 cas positifs en 24h au Coronavirus, depuis l’enregistrement du premier cas le 25 février. Une fois n’est pas coutume, dit-on, reste qu’il faudrait s’attendre dans les jours proches à une réaction des pouvoirs publics. Le Dr Fourar, président du comité scientifique chargé du suivi de l”évolution de la pandémie, reconnaît que la situation est inquiétante. Depuis quelques jours, de plus en plus de nouveaux cas sont en effet diagnostiqués au Covid-19 par rapport aux bilans journaliers de l’accalmie d’il y a plus d’un mois. A entendre par cette “escalade” des cas, il faudrait probablement s’attendre à un nouveau rebondissement du Gouvernement pour durcir les mesures en place. La semaine dernière, un responsable chargé de la prévention et des enquêtes épidémiologiques a laissé entendre que les écoles ne seront pas fermées du moins pour le moment mais que si la situation était alarmante, des mesures seraient prises. La question posée par les experts reste de savoir sur quel “seuil d’alarmisme” devrait d’appuyer le gouvernement pour réagir et durcir le ton, sachant que la barre des 1.000 cas est, depuis au moins six jours, dépassée? Pour autant, des spécialistes ne s’en alarment point, eux qui estiment à juste titre que l’origine de l’accélération de la pandémie réside dans le “relâchement” observé par la population. Donc, théoriquement pas de fermeture pour le moment d’écoles, de CEM ni de lycées. Les hôpitaux, avec leurs unités de Covid, sont saturés de malades. Il ne faudrait pas moins axer sur la prévention et le respect “strict” et “permanent” des protocoles sanitaires et des gestes barrières même si le manque de coordination entre les structures hospitalières, chargées de traiter les malades du Covid, ressurgit, au grand jour, pour soulever le problème lié aux “lits inoccupés” dans certaines de ces structures. Cela étant et alors que le délai de 15 jours de prolongation des dernières mesures édictées par le Premier ministre, Abdelmajid Djerad, s’apprête à expirer mardi prochain, il est fort à parier que ces dernières seront prolongées une fois de plus. Qu’en sera leur nouveau délai ? Y aura-t-il un autre durcissement du confinement ? Ceci devant l’augmentation du nombre de contaminations au Covid laquelle a dépassé les 1. 000 cas par jour, le gouvernement serait probablement amené, le cas échéant, à reconduire les mêmes mesures. Pour le ministre de la Santé, Abderrahmane Benbouzid, et même si, dit-il, la situation parait inquiétante, cette possibilité n’est pas envisagée, «mais demeure cependant envisageable». S’exprimant, dimanche, à l’émission L’Invité de la rédaction de la chaîne 3 de la Radio Algérienne, celui-ci, tout en notant que les chiffres des malades s’est accru, assure que «nous faisant face à la situation». Il affirme, par ailleurs, qu’en dépit du relèvement des cas de contamination, les établissements scolaires resteront ouverts, assurant que des mesures y ont été mobilisées pour permettre une sécurité maximum des élèves. Pour lui, ce n’est pas l’école «qui contamine», appelant les parents à appliquer les mesures barrières de base pour protéger leurs enfants. Du nombre de lits mis à la disposition des malades infectés par le Covid 19, le professeur Benbouzid signale que contrairement à ce qui est avancé, ici et là, les services de santé ne sont nullement dépassés. S’il reconnaît un «épuisement» du personnel chargé des soins, il n’en est pas de même, déclare-t-il, pour ce qui concerne le taux d’occupation des services de soins. Il existe, précise-t-il, des hôpitaux qui affichent complet et d’autres qui «ont de la place». Le problème, indique-t-il, réside dans le manque de coordination entre les structures, sachant que dans leur ensemble, ce sont environ 50 % des lits qui sont inoccupés. Cela dit, pour l’intervenant, «la situation est globalement maîtrisée», ajoutant toutefois que personne ne peut prédire, ce qu’il en sera à l’avenir. De l’opportunité d’aménager des hôpitaux de campagne pour, éventuellement, faire face à un afflux de nouveaux malades, le ministre de la Santé se déclare contre une telle éventualité, d’autant, ajoute-t-il, que seuls 42 % des lits réservés à travers le pays aux personnes contaminées sont occupés. Il n’en annonce pas moins qu’un certain nombre de ces types d’hôpitaux sont dans une situation extrême prête à la mobilisation.

À propos B.HABIB

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*

x

Check Also

Recouvrements douaniers en 2022. Près de 1150 milliards de DA de taxes et droits

Une année 2022 riche et ...

Pour opérer le changement escompté par les opérateurs économiques. Appel à la révision du Code des Douanes

Comment l’administration douanière compte-t-elle aider ...

Les parents d’élèves qualifient la décision du Président de «courageuse». Le wali remet les décisions d’intégration à 3.376 enseignants contractuels

En application des instructions du ...

Règlement des conflits et stabilité au niveau régional. Le rôle central de l’Algérie

L’Algérie est un pays leader ...

Lutte contre la corruption et le blanchiment d’argent. L’Etat récupère 1.300 milliards en une année

On ne sait même plus ...