Accueil » CHRONIQUE » L’Ukraine relâchée !

L’Ukraine relâchée !

Pour des considérations économiques ou pour des considérations hypocrites et purement égoïstes, l’Occident a lâché l’Ukraine. L’on pourrait conclure de ce fait accompli, que le président Poutine a eu bonne connaissance sur la nature et les intentions réelles de ces puissances occidentales, hors du discours populiste de la pure surenchère des tribunes. Donc, il a engagé, comme il l’avait promis, sa ruée militaire sur l’Ukraine. Maintenant, ce sont les Ukrainiens -eux seuls- qui sont en train de payer et qui vont chèrement payer, dans une perspective du futur immédiat, l’attitude lâche des puissances occidentales et les déclarations orageuses de leurs médias lourds qui ronronnaient sur les quatre coins de la Terre. L’unique aide disponible en faveur des Ukrainiens, en provenance de leurs voisins européens, c’est de les recevoir chez eux comme réfugiés et de leur pourvoir en armes, en plus d’une réplique visant à porter atteinte à l’économie russe. Et si les russes réussiraient à occuper les zones frontalières limitrophes avec les voisins de l’ouest, il n’y aurait ni possibilités de partir se réfugier en Europe de l’Ouest, non plus de possibilités d’acheminement des armes de guerre aux résistants ukrainiens. Or, ce qui est des sanctions économiques et financières, décrétées à l’encontre de la Russie, elles ne vont pas avoir un impact sérieux sur l’économie russe, puisque elles pourraient casser le blocus en pratiquant des brèches avec ses alliés de toujours, la Chine , la Corée du Nord, entre autres. Les Ukrainiens font preuve, jusqu’à l’heure actuelle, d’une héroïque et historique résistance face aux colonnes russes. Les Occidentaux ne sont pas prêts à se faire détruire par les armes dissuasives de Poutine. Ils savent bien que ce Poutine ne mâchait pas ses mots, quand il décide à faire quelque chose. Si les puissances qui tournent autour de l’orbite de l’OTAN pensent à aller plus loin dans leurs défis, le têtu boss du Kremlin n’hésiterait pas, quant à lui, à pousser sa réaction plus loin, quitte à tout saborder sur son chemin. Nous ne sommes pas devant des pays faibles tel l’Irak ou l’Afghanistan –entre autres- qui ont été ruinés par les interventions belliqueuses des pays occidentaux, poussés par des phobies paranoïaques du fondamentalisme religieux ou des armes de destruction massive. Il existe, toutefois, chez les analystes de ce conflit, une autre thèse qui voulait que les puissances de l’OTAN, à leur tête les USA, chercheraient à affaiblir les Russes dans le marécage ukrainien, ajouté aux sanctions économiques. Cela pourrait aboutir à un impact négatif sur la Russie, sachant qu’une telle probabilité demanderait pour qu’elle soit une réalité vécue, au moins, deux années d’hostilités successives et de sanctions. Wait and see…

À propos Abdelkader Benabdellah

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*

x

Check Also

Victoire diplomatique pour la Palestine

La grande révolte palestinienne du ...

La sécurité sanitaire 2025-2030

La sécurité sanitaire pourrait avoir ...

Le dessalement: une option stratégique

Face à l’indisponibilité de l’eau, ...

2027, serait-elle, l’année de l’émergence?

C’est une thèse qui n’est ...

Les vents des présidentiels

A cinq mois des élections ...