Accueil » ÉCONOMIE » Lors d’une rencontre avec les affaires extérieures à l’école ESHRA. Le tourisme n’est pas le secteur des sorties festives

Lors d’une rencontre avec les affaires extérieures à l’école ESHRA. Le tourisme n’est pas le secteur des sorties festives

Même s’il reconnaît officiellement que le secteur du Tourisme n’est pas celui des sorties festives (tehwissa), il n’en demeure pas moins qu’il reste conscient de la lourde responsabilité qui incombe tous les acteurs du secteur. Raison pour laquelle, ceux-ci sont exhortés à sortir de l’esprit administratif, car seule la mise en place de la feuille de route confinée dans les grands axes relatifs au tourisme et entérinée par le Gouvernement, doit primer. Néanmoins, Yacine Hammadi, ministre du Tourisme et lors de cette conférence de presse improvisée, en marges de ces travaux, est resté évasif quant à la problématique de la corruption qui gangrène le secteur du tourisme. A notre question, il dira que seule la justice tranchera sur ces épineux dossiers de corruption. Quant aux entraves que rencontrent les investisseurs algériens, surtout en ce qui concerne l’octroi du foncier touristique et les ZET, il refuse de se prononcer et nous signifie clairement que ceci n’a rien à voir avec l’ordre du jour. Des lacunes se sont dressées tel un rempart à toute velléité au développement du secteur du tourisme que les intervenants, à ce séminaire, ont énumérées, lors de leurs interventions respectives. Il s’agit, selon le directeur du Tourisme, au niveau de la tutelle, de diversifier les offres par la disponibilité des charters, par l’octroi de visas, par l’encouragement des pôles d’excellence surtout dans les régions sudistes qui répondent aux normes internationales dictées par l’OMT. Il s’agit, notamment, selon l’intervention du directeur du Tourisme, d’encourager le tourisme interne, de veiller à la modernisation des infrastructures hôtelières, à l’encouragement de l’investissement dans le tourisme et mettre à la disposition des investisseurs le foncier touristique par la disponibilité des ZET. Ceci doit se faire, aussi, dans la perspective d’encourager le développement durable et concrétiser le plan qualité tourisme. Il s’agit aussi de situer les prérogatives du Conseil national du tourisme et situer les insuffisances qui paralysent la survie du secteur. Enfin, l’orateur a, dans cette prestation relative au plan d’action du Gouvernement, dans son volet relatif au tourisme, entre autres, mis en exerce le rôle que peuvent jouer les stations thermales dans le développement du tourisme. Le ministre du Tourisme a, dans cette réunion d’évaluation avec les directeurs du Tourisme, à l’ESHRA à Alger, reconnu le dysfonctionnement qui persiste dans son secteur. Il a exhorté à une coordination entre tous les acteurs du tourisme pour une meilleure symbiose dans la perspective de booster ce secteur par se référer à l’intérêt accordé au premier magistrat du pays pour reconsidérer le secteur du tourisme et lui accorder une place prépondérante dans la nouvelle configuration. Yacine Hammadi a interpellé, devant ses hôtes réunis pour cette rencontre d’évaluation avec tous les directeurs du tourisme dans les différents coins du pays, à plus d’implication dans ce processus. Il passera en revue le plan d’action du Gouvernement consacré au tourisme et l’artisanat, par réitérer l’actuelle position des pouvoirs publics à reconsidérer les priorités du secteur surtout qu’il a laissé des plumes en cette crise sanitaire. Il a été victime des répercussions néfastes et dramatiques dont il était le premier à faire les frais et à être sacrifié. Effectivement, le secteur du Tourisme était le premier secteur qui avait été bouleversé et paralysé à la fois par la crise sanitaire, ce qui d’ailleurs l’a plongé dans une totale déconfiture et plutôt dans le chaos surtout les agences de tourisme, les voyages, les avions cloués au sol, l’absence de coordination avec la représentation algérienne à l’étranger. Dans cette rencontre, tenue hier, à ESHRA, à l’école du Tourisme à Alger, le premier responsable du secteur a passé au peigne fin le plan d’action du gouvernement et les différents Conseils des ministres qui ont pris en considération la priorité majeure qui est l’ensemble des préludes à une concrétisation sur le tas de la feuille de route à l’horizon 2024. Parmi ces priorités, il s’agit du foncier touristique pour faciliter l’investissement dans ce secteur, la modernisation des structures hôtelières, le tourisme saharien et bien d’autres potentialités dont jouit notre pays et qu’il faut mettre en évidence surtout les stations thermales. Le ministre du Tourisme a instruit ses proches collaborateurs et ceux activant dans la sphère du tourisme, à conjuguer leurs efforts pour enregistrer un bond qualitatif pouvant hisser la nation au rang des pays jouissant d’une industrie touristique dictée par l’OMT pour se mettre au diapason. Enfin, conscient des défis, l’orateur s’est focalisé sur la feuille de route et sur les dispositions inscrites dans le plan d’action du Gouvernement pour redorer le blason de ce secteur, en proie à une crise multidimensionnelle.

À propos NADIRA FOUDAD

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*

x

Check Also

Les robes noires marcheront aujourd’hui à Alger «Trop d’impôts tue l’impôt !»

L’Union nationale des avocats se ...

Lutte anti-corruption.150 commissions rogatoires en cours

Quiconque détient des informations dans ...

Elections locales. Dernière ligne droite

Un budget colossal plafonnant les ...

Nouvelle vision dans la politique des subventions. L’appui des uns, l’inquiétude des autres

Après son passage au niveau ...

Journalistes résidant à l’hôtel El Manar de Sidi Fredj. Ouverture ce 17 Novembre du 1er procès

Avec le départ forcé, partant ...