Accueil » CHRONIQUE » L’OPEP optimiste pour l’avenir du pétrole !

L’OPEP optimiste pour l’avenir du pétrole !

L’OPEP estime que la demande globale de pétrole va continuer à augmenter au moins jusqu’en 2045, selon l’édition 2023 de son rapport sur les perspectives de la demande pétrolière mondiale, publié lundi 9 octobre. «Notre scénario de référence voit la demande de pétrole atteindre 116 millions de barils par jour d’ici 2045, soit environ 6 millions de barils par jour de plus» que dans l’estimation précédente, a précisé le secrétaire général du cartel, le Koweïtien Haitham Al Ghais. Dans son rapport 2023 sur les perspectives de la demande pétrolière mondiale publié lundi, l’OPEP s’attend à voir la demande de pétrole atteindre 116 millions de barils par jour, d’ici 2045, selon son scénario de référence, soit 16,5% de plus qu’en 2022. C’est environ 6 mb/j de plus que dans sa précédente estimation communiquée en 2022 (109.8 mb/j. Selon l’OPEP, la demande mondiale de pétrole continuera à croître principalement grâce aux pays non membres de l’Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE), avec l’Inde comme principal moteur. En revanche, la demande de pétrole devrait décliner à partir de 2025 dans la zone OCDE, qui comprend principalement des pays riches. L’OPEP estime que pour répondre à cette demande croissante, il sera nécessaire de réaliser des investissements dans le secteur pétrolier d’un montant total de 14 000 milliards de dollars d’ici 2045, soit environ une moyenne de 610 milliards de dollars par an. Haitham Al Ghais, un représentant de l’OPEP, souligne l’importance cruciale de ces investissements, tant pour les producteurs que pour les consommateurs. «Les appels à arrêter les investissements dans de nouveaux projets sont malavisés et pourraient conduire au chaos énergétique et économique», a d’ailleurs mis en garde Haitham Al Ghais, dans une critique directe du scénario envisagé par l’Agence internationale de l’énergie pour permettre au monde d’atteindre la neutralité carbone d’ici 2050. L’OPEP a examiné deux autres scénarios en plus de celui mentionné précédemment. Dans l’un de ces scénarios, qui implique une utilisation accrue des énergies renouvelables, la demande de pétrole diminuerait de 18 millions de barils par jour (Mb/j) par rapport à la référence de 2045. Dans ce contexte, il est important de noter que 1 Mb/j équivaut à un million de barils de pétrole brut par jour, et qu’un baril équivaut à environ 159 litres ou 42 gallons américains. Dans l’autre scénario, basé sur une croissance économique plus forte et une coordination politique moindre en matière de climat, la demande de pétrole augmenterait de 6,3 millions de barils par jour (Mb/j) d’ici 2045. L’OPEP apporte enfin son soutien aux technologies de captage du carbone, qui «doivent faire partie de la solution».

À propos B.nadir

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*

x

Check Also

Déjà des mesures contre les feux de forêt !

La Commission nationale de protection ...

Blé, l’Algérie sereine…

Les prix du maïs, du ...

Valorisation des eaux usées, le défi

Le ministre de l’Hydraulique, Taha ...

Le FLN se prépare aux élections…

Sous la direction d’Abdelkrim Ben ...

Le SOS des enfants du Soudan

«Depuis près d’un an, les ...