Accueil » CHRONIQUE » L’OPEP ne fléchit pas!

L’OPEP ne fléchit pas!

Les prix du pétrole étaient en petite hausse mercredi après un bond la veille, entraînés par les incertitudes sur l’impact de la fuite d’un oléoduc, avant la publication de l’état des réserves de brut américaines. «L’attention va maintenant se porter sur les conséquences sur les stocks de pétrole américains», affirme Stephen Brennock, analyste chez PVM Energy à l’AFP. La fédération de professionnels du secteur, l’American Petroleum Institute (API), a estimé mardi soir que les stocks de brut ont augmenté d’environ 7,8 millions de barils la semaine dernière, et ceux d’essence de 877.000 barils. Cependant, l’OPEP a maintenu ses prévisions de croissance de la demande de pétrole pour 2022 et 2023, en dépit du ralentissement de l’activité en Chine, dans un rapport mensuel publié mardi. La prévision de croissance de la demande mondiale de pétrole pour 2022 «reste inchangée à 2,5 millions de barils par jour», indique l’OPEP dans son rapport de décembre. Dans le détail, la demande «a été ajustée à la hausse» au troisième trimestre «dans un contexte de consommation de carburant de transport meilleure que prévu dans l’OCDE», indique l’OPEP. «Bien que les incertitudes économiques mondiales soient élevées et que les risques de croissance dans les principales économies restent orientés à la baisse, des facteurs de hausse susceptibles de contrebalancer les défis actuels et à venir sont également apparus», a déclaré l’OPEP dans le rapport. «Une résolution du conflit géopolitique en Europe de l’Est et un assouplissement de la politique chinoise de zéro COVID pourraient offrir un certain potentiel de hausse», indique le rapport dans une section distincte. Tout en maintenant les prévisions de croissance annuelle de la demande, l’OPEP a revu à la baisse les prévisions de demande pour le quatrième trimestre de 2022 et le premier trimestre de 2023. La demande chinoise, sous l’effet des mesures de confinement sanitaire, s’est contractée en 2022, a indiqué l’OPEP. Par ailleurs, La Turquie a annoncé mardi avoir dégagé une file d’attente de pétroliers qui attendaient de passer les détroits du Bosphore et des Dardanelles, le différend en matière d’assurance lié au plafonnement des prix du pétrole russe imposé par l’Occident étant en cours de résolution. Selon un communiqué de l’autorité maritime turque, ce sont au total 22 des 26 pétroliers en attente de passer les détroits qui ont transmis leurs lettres de confirmation d’assurance appropriée, et le passage de 19 d’entre eux a été achevé. Seuls quatre pétroliers attendent pour fournir des documents de confirmation d’assurance appropriée, y compris ceux qui viennent d’arriver dans le Bosphore. Aucun pétrolier chargé de pétrole brut n’attend de lettre de confirmation d’assurance appropriée en mer Egée et en mer de Marmara, a ajouté l’autorité. La Turquie n’a toutefois pas suivi les appels des Etats-Unis et de leurs alliés occidentaux à se joindre aux sanctions antirusses concernant la crise ukrainienne.  Dans cette guerre, le pétrole restera une arme de guerre.

À propos B.nadir

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*

x

Check Also

La surabondance du blé fait le bonheur de l’Algérie

Les exportations de blé de ...

Migration et asile, l’UE durcit les lois!

L’UE fait face à une ...

2024, la bonne année du pétrole !

Malgré l’attaque de l’Iran contre ...

A l’aube d’une troisième guerre mondiale!

Le samedi 13 avril, l’Iran ...

Le pétrole au centre du conflit Iran-Israël

Les prix du pétrole ont ...