Accueil » CHRONIQUE » L’OPEP et l’Algérie contre-attaquent!

L’OPEP et l’Algérie contre-attaquent!

Vendredi, les prix du pétrole ont légèrement baissé suite à l’annonce de la reprise des exportations de pétrole brut en provenance du Kurdistan irakien. Cette baisse intervient dans un contexte de craintes de récession et d’inquiétudes concernant la santé économique des États-Unis. Vers 09H45 GMT, le baril de Brent de la mer du Nord pour livraison en juillet affichait une baisse de 0,15% à 74,87 dollars. Son équivalent américain, le baril de West Texas Intermediate (WTI), pour livraison en juin, abandonnait 0,08%, à 70,81 dollars. «Outre les perspectives de récession, les prix du pétrole ont été confrontés à une avalanche de signaux baissiers (…): augmentation des stocks de brut aux Etats-Unis, taux de chômage américain plus élevé que prévu, reprise économique toujours inégale en Chine ainsi que le redémarrage imminent des exportations de pétrole irakien», énumère Han Tan, analyste chez Exinity, comme le relaye l’AFP. Jeudi, l’Irak a annoncé une reprise dès samedi des exportations de brut du Kurdistan autonome via la Turquie, grâce à un accord trouvé plus d’un mois après une très coûteuse interruption des opérations. L’OPEP a alors décidé de réduire sa production. L’OPEP et ses alliés dont la Russie, ont décidé de réduire leur production de pétrole pour maintenir des prix élevés. Cette décision s’ajoute à une précédente baisse de la production. Le cartel vise un prix de 80 dollars le baril et est déterminé à restreindre l’offre malgré une demande mondiale en ralentissement. L’OPEP a publié son dernier rapport mensuel dans lequel elle prévoit une demande mondiale de pétrole moyenne de 101,9 millions de barils par jour en 2023. Cependant, malgré cette prévision optimiste, les pays membres de l’OPEP ont adopté une stratégie de réduction de la production afin de maintenir des prix élevés pour le pétrole brut. L’Arabie saoudite et les Émirats arabes unis envisagent d’investir dans d’autres secteurs en tirant parti de cette situation. La production de pétrole en Algérie a continué de baisser pour le deuxième mois consécutif, en avril 2023, pour être inférieure à la part du pays selon l’accord d’alliance OPEP + prévu pour l’année dernière, avant la décision de réduction volontaire annoncée il y a environ un mois. Le rapport mensuel de la société américaine Baker Hughes, publié par le cartel pétrolier indique que la production pétrolière algérienne a baissé à 1,005 million de barils par jour au cours du mois d’avril, contre 1,013 million de barils par jour en mars et 1,017 million de barils par jour en février 2023.

À propos B.nadir

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*

x

Check Also

A l’aube d’une troisième guerre mondiale!

Le samedi 13 avril, l’Iran ...

Le pétrole au centre du conflit Iran-Israël

Les prix du pétrole ont ...

Prix compétitif du blé en 2024

Selon Maxime Raturat, analyste chez ...

La France face à ses Harkis…

La Cour européenne des droits ...

Climatisation au gaz naturel, une solution !

Le Commissariat aux Énergies Renouvelables ...