Accueil » CHRONIQUE » L’OPEP «attendue» !

L’OPEP «attendue» !

L’OPEP+ dont les membres se retrouvent par visioconférence pour décider de leur prochain objectif de production, se réunit dimanche dans un contexte délicat, marqué par la chute des cours du pétrole et l’entrée en vigueur de nouvelles sanctions contre la Russie. Lors de cette réunion, «les ministres en charge du pétrole discuteront de la situation actuelle du marché pétrolier international et de ses perspectives d’évolution à court terme», a fait savoir à l’APS le ministre algérien, Arkab. La 185ème réunion de la Conférence de l’OPEP qui se tiendra, samedi par visioconférence, sera consacrée à l’examen des questions relatives à la gestion et au fonctionnement du Secrétariat général de l’OPEP, précise la même source. Le Cartel devrait se prononcer pour une «reconduction de la décision précédente» portant sur une baisse de 02 millions de barils par jour, a déclaré une source iranienne à l’AFP, le marché étant «très incertain» avec l’arrivée imminente d’un nouveau train de sanctions contre la Russie. Les réductions de l’offre de l’OPEP aident à stabiliser le marché du pétrole; la réouverture potentielle de la Chine apporte un soutien aux prix, selon la banque ANZ, relaie «zone Bourse». Depuis la réunion d’octobre, qui s’était tenue au siège du cartel à Vienne, les prix sont lourdement retombés pour retrouver leur niveau de début 2022, bien loin des sommets atteints après le début de l’invasion russe de l’Ukraine. Les deux références mondiales de l’or noir évoluent désormais entre 80 et 85 dollars le baril, contre plus de 130 dollars en mars. Le marché est dans l’incertitude à cause des visions européennes sur la réduction du quota russe. L’UE a décidé d’interdire aux Vingt-Sept l’achat de pétrole russe par voie maritime à partir du 5 décembre, «ce qui menace plus de 2 millions de barils par jour », d’après les estimations des analystes d’ANZ. «Les investisseurs scrutent également les discussions sur le plafonnement des prix, censé renforcer l’efficacité de cet embargo. Les pays européens sont sur le point de finaliser un accord à 60 dollars, selon des sources diplomatiques, sachant que l’Oural, variété de référence pour le brut russe, se négocie actuellement autour de 67 dollars le baril», lit-on sur «Zone Bourse». Au-delà de ce plafond, les tankers transportant du brut russe vers les pays tiers ne pourront plus être financés ni assurés d’ici six mois par les opérateurs européens, afin d’entraver une réorientation des exportations de Moscou, rapporte la même source. Le président russe Poutine a mis en garde contre de «graves conséquences pour le marché énergétique mondial». Mais, selon des analystes, la Russie trouvera certainement d’autres clients. Le marché se projette désormais sur la réunion du groupe OPEP+ dimanche, «qui pourrait voir un maintien de la production ou une petite baisse», selon Edward Moya. «Même s’ils ne diminuent pas la production, ils vont probablement évoquer de possibles réductions dans les prochains mois», a commenté Matt Smith de Kpler à l’AFP.

À propos B.nadir

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*

x

Check Also

La surabondance du blé fait le bonheur de l’Algérie

Les exportations de blé de ...

Migration et asile, l’UE durcit les lois!

L’UE fait face à une ...

2024, la bonne année du pétrole !

Malgré l’attaque de l’Iran contre ...

A l’aube d’une troisième guerre mondiale!

Le samedi 13 avril, l’Iran ...

Le pétrole au centre du conflit Iran-Israël

Les prix du pétrole ont ...