Accueil » CHRONIQUE » L’ONU ne veut plus de cet ordre mondial !

L’ONU ne veut plus de cet ordre mondial !

Lors de la conférence annuelle sur la sécurité à Munich, le secrétaire général de l’ONU, Antonio Guterres, a mis en garde ce vendredi contre le risque croissant de divisions au sein de la communauté internationale, malgré les défis majeurs auxquels elle est confrontée. Il a souligné que même à l’époque de la Guerre froide, les dangers étaient, dans une certaine mesure, moins préoccupants. Guterres a affirmé que le monde peine à prendre des mesures efficaces pour faire face aux menaces potentielles, notamment le risque nucléaire persistant. Le secrétaire général de l’ONU a également mis en évidence deux défis existentiels croissants : la crise climatique et le danger posé par une intelligence artificielle hors de contrôle. «L’ordre mondial actuel ne fonctionne pas pour tout le monde. «En fait, j’irais plus loin et je dirais que ça ne marche pour personne», a-t-il ajouté. Comme le montre clairement le Rapport de Munich sur la sécurité, publié chaque année avant la conférence, «les gains relatifs issus de la compétition entre les pays ont la priorité sur les gains absolus pour tous grâce à la coopération», a averti Guterres. «Les crises se multiplient, liées à la concurrence et à l’impunité. Un ordre mondial qui profite à tous doit combler ces lacunes et apporter des solutions. Si les pays remplissaient leurs obligations au titre de la Charte des Nations Unies (…), chaque personne sur Terre vivrait en paix et dans la dignité», a-t-il ajouté. «Aujourd’hui, nous observons des pays faire ce qu’ils veulent sans être tenus responsables » de leurs actes, a encore dénoncé le chef de l’Onu. Il a pointé du doigt le manque «d’institutions mondiales fortes». Au-delà de répondre aux crises immédiates telles que celles en Ukraine, au Soudan ou en Libye, António Guterres a souligné la nécessité de renforcer l’architecture mondiale de la paix et de la sécurité afin de faire face aux menaces et aux défis contemporains, notamment la crise climatique, l’intelligence artificielle et les cyberarmes. Il a précisé que le Nouvel Agenda pour la paix, qui sera examiné lors du Sommet de l’avenir en septembre 2024, cherche à moderniser les mécanismes de sécurité collective en adoptant un multilatéralisme plus connecté et inclusif pour répondre aux besoins d’un monde en transition.

À propos B.nadir

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*

x

Check Also

La surabondance du blé fait le bonheur de l’Algérie

Les exportations de blé de ...

Migration et asile, l’UE durcit les lois!

L’UE fait face à une ...

2024, la bonne année du pétrole !

Malgré l’attaque de l’Iran contre ...

A l’aube d’une troisième guerre mondiale!

Le samedi 13 avril, l’Iran ...

Le pétrole au centre du conflit Iran-Israël

Les prix du pétrole ont ...