Accueil » CHRONIQUE » L’OMS craint pour l’Afrique

L’OMS craint pour l’Afrique

Plus de deux-tiers des Africains pourraient avoir contracté le virus du Covid-19 au cours de deux dernières années, soit 97 fois plus que les infections signalées, selon un rapport de l’OMS publié cette semaine. Au 6 avril, 11,5 millions de cas de Covid-19 avaient été détectés et 252.000 décès liés à ce virus recensés sur le continent africain, depuis le début de la pandémie. L’OMS de la région Afrique dont l’étude est encore en cours d’examen par des pairs, estime que les chiffres officiels n’étaient qu’une partie infime de « l’étendue réelle des infections au coronavirus en Afrique». Pour certains, cette étude serait à prendre avec des pincettes. Mais la réalité est bien là, plusieurs pays en Afrique n’ont pas les moyens de faire des statistiques et de faire la couverture sanitaire. Déjà, les tests Covid n’étaient pas disponibles en Afrique, pour ne pas dire dans les pays «riches» d’Afrique. Il aura fallu plus d’une année pour que les tests soient disponibles dans certains pays et n’étaient pas à la portée de tout le monde. Raison pour laquelle, il n’y a pas eu d’enquêtes épidémiologiques dans des pays africains à l’exception d’un ou deux pays. Déjà, l’Afrique n’avait pas les moyens financiers et matériels de confiner ses populations et de les maintenir en confinement. L’Afrique a connu des cas de coronavirus moins graves que dans d’autres régions du monde parce qu’elle compte une proportion comparativement plus faible de personnes présentant des facteurs de risque tels que le diabète, l’hypertension et d’autres maladies chroniques qui sont associées à des cas plus graves et à des décès, selon des «experts». Ce qui n’est pas vrai, car il n’y a pas eu de dépistages pour ces maladies. Beaucoup sont morts du Covid sans être déclarés. Des pouvoirs ont «touché» aux chiffres de peur d’un mouvement politique. Le plus dramatique, c’est après l’après pandémie, des études ont révélé qu’il y aurait des séquelles après une infection du Covid. En avril 2021, une première étude de trois chercheurs de l’Université de Saint-Louis aux Etats-Unis, publiée par la revue Nature, identifiait une myriade de problèmes de santé qui touchaient plus fréquemment les personnes ayant eu la Covid-19. Qu’en est-il en Afrique ? Qui va prendre en charge ces personnes ayant déjà été affectées? C’est le grand mystère.

À propos B.nadir

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*

x

Check Also

Pétrole, risque d’une réduction de l’offre

Les prix du pétrole ont ...

Feux de forêts, l’alerte !

En Algérie, le risque d’incendies ...

L’UE s’attaque au gaz russe!

L’Union Européenne a instauré son ...

Le blé inquiète encore !

Au Royaume-Uni et en France, ...

Pétrole, la guerre des prévisions !

L’Agence internationale de l’énergie «AIE ...