Accueil » Point de Vue » L’Occident pollue, l’Afrique paye la facture

L’Occident pollue, l’Afrique paye la facture

«  Le vieux monde se meurt, le nouveau est lent à apparaitre, et s’est dans ce clair obscur que surgissent les monstres » . Antonio Gramsci

L’Occident dans le sens de l’Eldorado rêvé par tout le monde, ça fait longtemps qu’il a commencé à ne plus l’être. Le bateau occident serait en train de couler, à la vitesse de l’ombre. Il se dirige vers son abime, trop lentement, mais sûrement..Même, s’il y a une majorité des nôtres et par manque de perspicacité, refusent de le voir ou de le croire. En dépit de l’existence d’une élite intellectuelle occidentale qui en avait déjà présagé la faillite imminente, tellement obnubilée par ce charme, un grand segment de gens n’arrive pas à croire à cette vérité. L’on se demande déjà comment, ça se fait que les punaises font des ravages dans une mégalopole mondiale de la taille de Paris, première destination touristique mondiale, alors que l’on s’attendait que cela devrait arriver à des pays comme le Bangla-desh ou le Yémen, entre autres où la misère et le chaos sévissent, depuis des années. Qui aurait cru que le Paris des rêves pourrait un jour devenir la plus grande colonie de rats. Pis encore, nous apprenons que la mairie de cette métropole, jadis exemplaire, n’arrive pas toujours et depuis cinq années de lutte à mettre un terme à la profusion immaîtrisable des rats. Et pourtant, c’est dans un pays, voire dans une puissance occidentale que cela se passe. En attendant, l’émergence d’une autre référence civilisationnelle, nous contentons – jusqu’à nouvel ordre- à importer, « le standard de ce qui  est juste et ce qui est faux » de ce charmeur Occident. On a assez fait de renvoyer la balle, chez ces peuples soumis et martyrisés, puis escroqués et bradés à volonté. C’était exporter par la façon la plus ignoble et la plus machiavélique possible, les crises politiques et sociales vers ces pays enchaînés par des traités et des accords…l’on avait passé du colonialisme direct, militaro-politique et l’exploitation physique, directe du « bon » africain à une forme d’indépendance qui pourrait s’identifier à tout, sauf à une authentique indépendance. Dès que les générations des années soixante, rappelant la signature d’un contrat d’indépendance collectif, en vrac, commençaient à disparaitre progressivement, les jeunes générations sont plus éveillées et plus enclines à la libre-pensée, voire plus détachées de nombril néo-colonialiste.. Voilà, ils sont en train d’opérer des changements spectaculaires, même au prix fort, vers plus d’autonomie et vers moins de tutelle.

À propos Abdelkader Benabdellah

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*

x

Check Also

«Djamaa El Djazaïr» Haut lieu de tolérance et contre l’extrémisme

Pour prouver le faut, il ...

Feuille de route pour une nouvelle république

Ô ! L’Algérie terre des ...

Le 24 février, une date souveraine

Deux grandes dates faisant partie ...

L’obésité, l’inquiétant nouveau phénomène

Les milieux scientifiques et médicinaux ...

Cybersécurité

En arrivant chez nous, la ...