Accueil » Point de Vue » L’indemnisation des agriculteurs, l’autre débat!

L’indemnisation des agriculteurs, l’autre débat!

Avec la sécheresse et les feux de forêts, les fellahs se retrouvent souvent «coincés» entre faire de «gros «investissements et se «contenter» du peu, ce qui influe directement sur le pouvoir d’achat du consommateur et réduit les bénéfices des agriculteurs. Bien que la culture de l’assurance commence à prendre du chemin, «assurer» les récoltes et le cheptel reste «limité». Beaucoup de travail reste à faire pour les assurances où les grandes campagnes d’assurances à l’exception de la CNMA évitent d’investir ce créneau. En effet, la Caisse nationale de mutualité agricole a indemnisé environ 13 000 agriculteurs en 2022, pour un montant total d’environ 7 milliards de DA, selon le Directeur général de la CNMA, Cherif Benhabilès. Il a souligné que les indemnisations ont été versées dans les meilleurs délais aux agriculteurs ayant souscrit une assurance, et a appelé à la généralisation de l’assurance agricole en Algérie. Les délais de traitement des demandes d’indemnisation ont été réduits pour répondre aux attentes des agriculteurs, mais le montant de l’indemnisation dépend des primes et de la qualité de l’assurance, a-t-il ajouté. Quant aux taux d’exploitations agricoles couvertes par une assurance, Benhabilès a répondu que cette proportion se situait entre 24 et 25%, ce qu’il considère comme étant «très faible». Il a souligné à juste titre la nécessité de mettre en place un dispositif pour les calamités agricoles et de rendre l’assurance agricole «obligatoire» afin d’encourager les agriculteurs à prendre en charge la gestion des risques. Déjà, l’Etat par le biais du gouvernement, a commencé à établir un fichier tant pour les agriculteurs que les éleveurs, en Novembre, le ministre de l’agriculture Henni a évoqué un projet de carte à puce d’agriculteur contenant le dossier administratif complet de l’agriculteur en vue de faciliter les procédures administratives à ce dernier. Il est nécessaire de généraliser l’assurance agricole et de réfléchir à la possibilité de subventionner les primes d’assurance pour les agriculteurs et éleveurs, au moins pendant une certaine période, afin de promouvoir cette pratique et de créer une dynamique dans ce domaine, selon Benhabilès. Il a également recommandé la création d’une agence de prévention des risques agricoles qui jouerait un rôle de coordination entre le secteur agricole, les compagnies d’assurances et les agriculteurs, en gérant les subventions, en accompagnant les agriculteurs et en mettant en place des plans nationaux d’assurance. Une campagne de sensibilisation pour «assurer» leur récolte et matériel est plus que nécessaire où les chambres d’agricultures et les organisations des fellahs et éleveurs devront être impliquées.

À propos B.nadir

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*

x

Check Also

Le pétrole s’envole…

Vendredi, les cours du pétrole ...

Valoriser notre gaz !

Lors de la séance d’ouverture ...

Déjà des mesures contre les feux de forêt !

La Commission nationale de protection ...

Blé, l’Algérie sereine…

Les prix du maïs, du ...

Valorisation des eaux usées, le défi

Le ministre de l’Hydraulique, Taha ...