Accueil » ACTUALITE » Licences d’importation automobile. Les précisions du GCA

Licences d’importation automobile. Les précisions du GCA

Le secteur automobile est mal au point en Algérie. Il vit une crise aiguë due principalement à l’arrêt depuis plus de deux ans de l’activité des concessionnaires et du retard de montage en Algérie des véhicules. Cette situation a entraîné la flambée de prix des véhicules. Mais, il peine à se remettre sur pied depuis plusieurs années déjà. Cela concerne aussi bien la construction que pour l’importation. Toutefois, certains concessionnaires multimarques comme le géant français Renault, arrivent à commercialiser certaine produits, issus de nouvelles générations 2022 comme la fameuse Kangoo dont le prix a atteint sur le marché les 477 millions de centimes contre 400 millions auparavant. Quant aux concessionnaires algériens, ils disent traverser aujourd’hui la plus grave crise qu’ils n’aient jamais vécue. Une certitude que de dire que le marché de l’automobile connaît depuis quelques années une crise profonde. Pour les spécialistes, la raison en est d’une part la suspension de l’importation des véhicules neufs et de l’autre la flambée des prix des véhicules «maison», en plus de la fermeture des usines de montage de véhicules. Le dossier des véhicules neufs continue en tous cas de défrayer la chronique économique en Algérie. Depuis trois ans, les annonces se relayent sur l’imminence du début d’octroi des autorisations d’importation sans que les mesures adéquates ne soient concrétisées sur le terrain. Les citoyens demandeurs, tout comme certains concessionnaires, sont en droit de s’interroger s’il existe une échéance pour le retour effectif de l’importation des véhicules neufs. Une date aurait été avancée pour l’année 2022 mais c’est toujours le suspense. Le gouvernement profite entre-temps d’apporter les correctifs nécessaires à l’activité des concessionnaires, à travers un nouveau cahier des charges pour l’année 2022 lequel toutefois tarde toujours, selon bon nombre concessionnaires. Ces derniers jours, une certaine polémique qui ne dit pas son nom, a enflé sur les réseaux sociaux, au sujet de l’importation des véhicules neufs. Les rumeurs portent sur la délivrance de licences d’importation de véhicules, ce qui a amené le Groupement des concessionnaires automobiles d’Alger (GCA) à réagir. Ce dernier rappelle dans une note, publiée dimanche dernier, que «seul le ministère de l’Industrie est habileté à véhiculer les bonnes informations», en ce qui concerne le dossier automobile. Le Groupement a également démenti les informations relayées par les réseaux sociaux et même certains médias qui affirmaient qu’«une douzaine de concessionnaires allaient bénéficier prochainement de licences d’importation de véhicules neufs et un budget de 02 milliards de dollars allaient être alloué pour l’importation de 200.000 véhicules». Le GCA a souligné que la réponse du ministère de l’Industrie concernant la délivrance des autorisations d’importation aux concessionnaires, «est attendue depuis maintenant 11 mois et le dossier est encore en stand-by». Concernant la somme allouée à l’importation des véhicules, le groupement a rappelé que la somme en question a été évoquée dans le décret exécutif 20-27 du 19 août 2020, par l’ancien ministre de l’Industrie, Ferhat Ait Ali. Depuis 04 ans maintenant, le marché algérien de l’automobile a connu une énorme crise. Après avoir tiré la sonnette d’alarme, les concessionnaires automobiles, selon Echorouk, avancent d’autres propositions pour mettre fin à cette crise. Notamment l’adoption à la fois de l’importation et de la fabrication de voitures en Algérie. Cela, en accordant des licences d’importation aux agents ayant déposé des dossiers complets depuis plus d’un an au ministère de l’Industrie. En plus, ces derniers devraient répondre à certaines conditions nécessaires. Ils devraient, en échange, signer un engagement. Celui-ci vise à se convertir à l’industrialisation dans un délai ne dépassant pas 03 ans. D’après la même source, les agents ont, en outre, réclamé l’ouverture de l’importation de voitures neuves à des fins de vente. Mais d’une manière réfléchie assurant l’exploitation optimale des devises fortes. Cela, en se basant sur deux points majeurs. Il s’agit des besoins actuels du marché local et de la vision future sur le secteur de l’automobile en Algérie. En outre, le groupement des concessionnaires a proposé la mise en place d’une condition pour la délivrance de l’agrément. En effet, les agents bénéficiaires devraient signer un engagement écrit dédié à l’investissement dans l’industrie automobile dans un délai de 03 ans maximum. Sachant que la coordination des investisseurs vise à construire une base solide pour l’industrie automobile en particulier et l’industrie mécanique en général. Ainsi, les concessionnaires devraient se charger de fournir les informations des étapes de mise en œuvre au ministère de l’Industrie. De ce fait, celles-ci pourraient suivre le déroulement du projet. Selon le même quotidien, dans le courrier en question, les agents ont évoqué la mauvaise situation financière qu’ils traversent en l’accréditation.

À propos B.HABIB

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*

x

Check Also

Avantages accordés aux investisseurs par l’AAPI. Près de 160 secteurs d’activités exclus

Algérie–investisseurs pourquoi ça ne marchait ...

Rencontre du FLN et suspension surprise des travaux. Incidents verbaux et vive contestation

Une réunion, regroupant les cadres ...

Après deux ans d’exception, retour au système habituel dans l’enseignement. Rentrée des classes pour 11 millions d’élèves

La dernière épine qui pesait ...

Hassi Mefsoukh. Le président de l’APC soulève le problème du «manque de foncier de l’habitat rural»

Sise à plus de 30 ...

La piste d’une gestion en intérim de la commune de Bousfer se précise. L’incompatibilité d’humeur se poursuit entre le maire et certains de ses élus

La situation de blocage que ...