Accueil » MONDE » Liban Saad. Hariri jette l’éponge
In this photo released by Lebanon's official government photographer Dalati Nohra, Lebanon's Prime Minister-designate Saad Hariri, speaks after his meeting with Lebanese president Michel Aoun, at the presidential palace, in Baabda, east of Beirut, Lebanon, Thursday, July 15, 2021. Hariri said Thursday he was stepping down, nine months after he was named to the post by the parliament and citing "key differences" with the country's president. (Dalati Nohra via AP)

Liban Saad. Hariri jette l’éponge

Jeudi, le premier ministre désigné, chef de file du camp sunnite, a renoncé à composer un cabinet. Son retrait, après neuf mois de tractations aussi houleuses que vaines, promet d’exacerber la crise dantesque qui sévit au pays du Cèdre. Le feuilleton de la formation du gouvernement libanais, ce spectacle atterrant qui dure depuis bientôt un an, sur fond de décomposition économique et sociale du pays du Cèdre, n’est pas près de s’arrêter. Jeudi 15 juillet, le premier ministre désigné, Saad Hariri, chef de file du camp sunnite, a renoncé à composer un cabinet, en raison de désaccords insurmontables avec le président, Michel Aoun, et son gendre Gebran Bassil, patron du principal parti chrétien. Nommé en octobre 2020, déjà trois fois premier ministre, Saad Hariri devait succéder à Hassan Diab, poussé à la démission par l’explosion du port de Beyrouth, le 4 août 2020, qui a fait plus de deux cents morts et dévasté plusieurs quartiers de la capitale. Son retrait, après neuf mois de tractations aussi houleuses que vaines, promet d’exacerber la crise dantesque qui sévit au Liban, marquée par un effondrement de la livre, une hyperinflation et des pénuries d’essence et de médicaments. Cette décision risque de retarder encore un peu plus le passage de réformes cruciales, condition posée par les bailleurs de fonds étrangers pour débloquer les milliards de dollars d’aides promis ces dernières années aux autorités de Beyrouth. Considérée par la Banque mondiale comme l’une des pires de l’histoire moderne, la récession libanaise a anéanti le pouvoir d’achat de la population, passée à plus de 50 % sous le seuil de pauvreté.

À propos Carrefour

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*

x

Check Also

La France perd le “contrat du siècle” L’Australie se dote de sous-marins nucléaires américains

Un nouveau pacte trilatéral de ...

Italie. Le passe sanitaire en entreprise obligatoire

Le gouvernement italien a généralisé ...

Afghanistan. Les Taliban démentent les rumeurs sur la mort du mollah Baradar

Les Taliban ont démenti mardi ...

Séisme en Haïti. L’Unicef demande 73,3 millions de dollars pour venir en aide à 260.000 enfants

Le Fonds des Nations Unies ...

11 Septembre. Une note du FBI évoque l’implication des Saoudiens

A l’occasion des 20 ans ...