Accueil » MONDE » Liban. Appels à s’attaquer aux raisons de l’obstruction pour surmonter l’impasse politique

Liban. Appels à s’attaquer aux raisons de l’obstruction pour surmonter l’impasse politique

La classe politique au Liban a appelé à s’attaquer aux causes de l’obstruction à laquelle s’est heurté le Premier ministre désigné Moustapha Adib qui s’est excusé samedi de n’avoir pas pu former un exécutif devant mener l’opération de sauvetage du pays en proie à des difficultés économiques accentuées suite à l’explosion de Beyrouth. Nommé le 31 août, Adib s’était engagé en faveur de réformes réclamées par la communauté internationale pour débloquer l’aide promise au lendemain de l’explosion du 4 août dernier qui a fait 190 morts et 6.500 blessés. La première tâche du gouvernement aurait été de relancer les négociations avec le Fonds monétaire international (FMI) sur un plan de sauvetage vital. Mais, les efforts du Premier ministre désigné se sont heurtés à des obstacles liés aux exigences du Hezbollah et du mouvement Amal, dirigé par le chef du Parlement Nabih Berri, qui réclamait le portefeuille des Finances. Selon la Constitution libanaise, le chef de l’Etat doit désormais mener de nouvelles consultations parlementaires contraignantes pour désigner un nouveau Premier ministre. A présent, les regards sont braqués sur les quatre anciens Premiers ministres Saad Hariri, Fouad Siniora, Nagib Mikati et Tammam Salam pour proposer un nouveau nom. Ils étaient à l’origine de la candidature de Adib. Les 3 anciens premiers ministres Najib Mikati, Fouad Siniora et Tamam Salam ont demandé aux partis politiques d' »être à l’écoute des besoins nationaux, et qu’ils prennent conscience des dangers de la désintégration et de l’effondrement du Liban sans un gouvernement capable, efficace et non partisan ». Avec la récusation de M. Adib,  » le pays fait désormais face à de multiples dangers, dont notamment l’absence d’un gouvernement pilotant l’opération de sauvetage du pays, participant aux conférences internationales et discutant avec le Fonds monétaire international », a déclaré dimanche le patriarche maronite Béchara Raï. « De par notre attachement à la Constitution et au Pacte national, nous appelons à ce qu’aucun portefeuille ministériel ne soit définitivement réservé à un camp, formation politique, communauté ou confession, et appliquer la règle de la rotation démocratique (…) Aucun nouvel usage ne peut être imposé sans un consensus », a souligné le patriarche. (…) Quelles que soient les divergences entre les Libanais, le dialogue doit être plus fort que tout ». Dans un tweet, le député Farid Boustani a estimé que  » le problème politique dont le pays souffre doit être contenu rapidement ». Ce dernier, a considéré « nécessaire d’entamer de nouvelles concertations parlementaires et la nomination d’un nouveau Premier ministre pour la formation d’un gouvernement dont le choix des ministres serait basé sur les critères de la compétence ». Selon lui, la solution demeure celle d’ »instituer un Etat civil ».

À propos Carrefour

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*

x

Check Also

Tempête politique aux États-Unis après la perquisition du domicile de Trump. “Personne n’est au-dessus des lois”

Une première étape vers un ...

Taïwan. «Des avions et des navires de guerre» chinois à 20 km des côtes

Taïwan a fustigé vendredi 5 ...

L’Onu avertit. La Corée du Nord prépare son premier essai nucléaire depuis 2017

Des travaux de construction d’une ...

Afghanistan. Les États-Unis ont tué al-Zawahiri, le chef d’Al-Qaïda

Le chef d’Al-Qaïda, l’Égyptien Ayman ...

Traite des êtres humains. Le HCR plaide pour plus de protection le long des itinéraires

Les services de protection font ...

%d blogueurs aiment cette page :