Accueil » CHRONIQUE » L’hécatombe des routes !

L’hécatombe des routes !

La route continue d’endeuiller l’Algérie. La route est devenue dangereuse. Selon la Sûreté nationale, le facteur humain reste la principale cause de ces accidents, représentant 96% des cas. Cela est dû en grande partie au non-respect du code de la route, au non-respect de la distance de sécurité, à l’excès de vitesse, à la fatigue et au manque de concentration au volant ainsi qu’à l’état du véhicule et de la chaussée. Au cours de la période du 18 au 24 juillet, 09 personnes ont perdu la vie et 402 autres ont été blessées dans 317 accidents de la circulation survenus dans les zones urbaines, comme l’a rapporté un communiqué de la Sûreté nationale, jeudi. Ces chiffres marquent une baisse de (-12) accidents, ainsi que des blessés (-02) et des décès (-08) par rapport à la semaine précédente, relaye l’APS. Selon le bilan hebdomadaire de la Protection Civile, publié jeudi, durant la période du 16 au 22 juillet en cours, un total de 80 personnes a perdu la vie et 2.278 autres ont été blessées dans 1.474 accidents de la circulation survenus à travers plusieurs wilayas. La wilaya de Tamanrasset a été particulièrement touchée avec 36 personnes décédées et 08 autres blessées dans 07 accidents de la route, ce qui représente le bilan le plus lourd parmi toutes les régions concernées. Lors d’une conférence tenue par le Forum du journal « Echaab » sur les thèmes des accidents de la circulation, de la sécurité routière et des auto-écoles, le Commandant Samir Bouchehit, responsable du bureau de communication au Centre d’information et de coordination routière de la Gendarmerie nationale a, à la mi-juin, signalé une augmentation de 45% des accidents de la circulation au cours des cinq premiers mois de l’année 2023 par rapport à la même période de l’année précédente. Il a précisé que les services et les unités de la GN ont enregistré un total de 3.591 accidents, ayant entraîné 1.116 décès et 5.326 blessés sur l’ensemble du territoire de compétence. Le commandant Bouchehit a souligné que le facteur humain est responsable de 93% de ces accidents, en plus d’autres facteurs liés à l’état des routes et des véhicules. La Direction Générale de la Sûreté Nationale a mis en place un système de collecte de données hautement efficace dans le but de renforcer la lutte contre l’insécurité routière. Selon Ahmed Nait El-Hocine, directeur de la sécurité publique à la Direction Générale de la Sûreté Nationale, ce système développé par des ingénieurs de la Direction Générale de la Sûreté Nationale fournira une vision globale des détails liés aux accidents routiers. Ce système automatisé permettra de recueillir des informations sur les circonstances des accidents et de mener des analyses pour adapter les dispositifs opérationnels à la réalité du terrain. Le plan de la prévention routière et de la lutte contre les accidents de la route devra, à tout prix, révisé et modernisé, car les anciens plans n’ont pas eu l’impact tant souhaité. On parle surtout du facteur humain, mais d’autres spécialistes remettent en cause l’état des route et la «non fiabilité» de la pièce détachée. Le programme de suivi de la DGCN devrait apporter plus d’éclairages pour mieux adapter le plan de la prévention sécuritaire.

À propos B.nadir

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*

x

Check Also

Déjà des mesures contre les feux de forêt !

La Commission nationale de protection ...

Blé, l’Algérie sereine…

Les prix du maïs, du ...

Valorisation des eaux usées, le défi

Le ministre de l’Hydraulique, Taha ...

Le FLN se prépare aux élections…

Sous la direction d’Abdelkrim Ben ...

Le SOS des enfants du Soudan

«Depuis près d’un an, les ...