Accueil » ORAN » Leur nombre sans cesse grandissant. L’abattage clandestin au centre des préoccupations

Leur nombre sans cesse grandissant. L’abattage clandestin au centre des préoccupations

L’abattage clandestin semble, décidément, au centre des préoccupations à Oran. En effet, le nombre sans cesse grandissant d’espaces clandestins d’abattage pratiquement au niveau de toutes les localités de la wilaya, ne manque pas d’attirer l’attention des pouvoirs publics qui compte y sévir. Face à la flambée des prix de la viande rouge exposée sur les étals des boucheries, le citoyen lambda sachant bien que ces prix connaissent depuis déjà longtemps une montée en puissance, préfère en raison de son faible revenu se rabattre sur les produits de consommation bon marché en l’occurrence, les viandes bovines et ovines qu’il achète chez les clandestins. En effet, en l’absence de tout contrôle, que ce soit les services vétérinaires et ceux de la concurrence et des prix, les clients sont attirés par le prix attractif. Cette différence de prix entre le boucher légal et le clandestin fait que le marché clandestin de la viande est devenu un véritable phénomène, l’abattage clandestin qui est devenu une pratique courante, tout au long de l’année, le comble est que ces pratiques sont le plus souvent exercées au vu et au su de tout le monde mais que personne n’ose dénoncer à partir du moment où le prix de cession est beaucoup plus bas que les produits carnés vendus par les boucheries. En effet, que ce soit dans les grandes cités périphériques de la ville ou dans les communes telles que Hassi Benokba, Sidi Chahmi, Hassi Bounif …et dans plusieurs autres communes. Les contrevenants n’hésitent pas à égorger des moutons, des chèvres, des veaux, des vaches et proposer leur viande au bord des routes et même dans les marchés hebdomadaires. L’Etat a consenti des efforts considérables traduits par la réalisation et l’équipements des abattoirs destinés à réglementer les opérations d’abattage et réduire, de facto, les risques d’insalubrité aux fins de préserver la santé des consommateurs dans une wilaya estimée à plus de deux millions d’habitants. En dépit de la traque implacable de la gendarmerie nationale et la sûreté de wilaya d’Oran, les innombrables bouchers informels semblaient avoir trouvé la parade pour poursuivre leur sale besogne. Un phénomène qui constitue un réel danger pour la santé publique. Des centaines de bêtes échappent aux abattoirs, surtout que certains bouchers sont complices avec ces clandestins.

À propos Y.chaibi

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*

x

Check Also

Journée nationale du chahid. Les sœurs Benslimane ressuscitées

Proclamée officiellement le 18 février ...

Hassi Bounif. Triste constat

Hassi Bounif s’est malheureusement métamorphosé ...

Gardiens de voiture. «Il est grand temps de mettre fin à l’anarchie»

Il semble que le phénomène ...

Dégradation, acte de vandalisme et insalubrité. Problématique de la gestion des cimetières

Triste sort pour nos morts ...

Environnement. «Insalubrité: lourdes conséquences sur l’activité et la vie humaine»

Le médecin généraliste, M.Serrour, évoque ...