Accueil » CHRONIQUE » Lettre à un éhonté nommé Eric Zemmour

Lettre à un éhonté nommé Eric Zemmour

Tu as beau vouloir être plus européen que les européens de souche dont la majorité d’entre eux évitent de te croiser comme on évite un pestiféré, ton faciès n’en demeure pas moins un modèle de rabais en comparaison de ceux qui sont la cible de tes insultes et harangues incendiaires. Tous les mots perdent leur force lorsqu’il urge d’abhorrer l’abjection de tes propos racistes et haineux envers ceux-là même qui coexistèrent naguère avec tes aïeux, en mode pacifique et convivial et ce, des millénaires durant. Nulle félonie ne peut égaler la perfidie que renferme ta personnalité exécrable. Au sein de la minorité ultra xénophobe de la société française, tu as entrepris de te faufiler dans une voie insalubre qui te mènerait pernicieusement vers la notoriété quoi qu’il t’en coûtât de ta dignité aux mesures infimes et sans que cela ne t’importune le moins du monde d’avoir creusé, ce faisant, un gouffre sans fond où ont disparu ton peu de décence et ton humanité vaseuse. Il ne peut en être autrement pour quelqu’un qui clame haut et fort qu’être français, c’est se mettre du côté de Bugeaud et qui «invite les français à faire de même», parce qu’il «a massacré des musulmans et des juifs en Algérie». Ahurissant ! Faire l’apologie d’un sanguinaire, un précurseur des chambres à gaz qui a fait périr des êtres humains de tous âges et des deux genres dans des horribles enfumages, c’est dévoiler sans une once de vergogne à la face du monde, son âme odieuse et damnée, c’est éructer sans gêne aucune un torrent de méchanceté haineuse et agressive, «assumer» les faits de ce criminel, c’est purement et simplement glorifier les auteurs des crimes contre l’humanité, intégrés désormais dans le langage juridique actuel et réprimés par la communauté internationale. Quand le commun des mortels est toujours et partout fier de ses origines, toi au contraire de toute raison, adoubant l’affect de toute personne saine d’esprit, tu portes manifestement ton origine arabo-berbère juive d’Algérie comme une tare affreusement embarrassante et lourdement gênante dans ta quête vaine d’être français «jusqu’au bout des ongles». Ah! Que ne donnerais-tu pour pouvoir brailler sans battre des cils et sans trembler des lèvres: «Nos ancêtres les gaulois»? Cela emballerait mieux ta langue un «cachez-moi ces origines que je ne saurai supporter», mais ça ne t’affranchirait pas du ridicule dans lequel tu t’es bêtement et irréversiblement fourré. Maintenant, savoure la rançon âcre de ceux qui à ta manière renégate, barrent le passage aux siens une fois embarqués dans le bon train.

À propos A.Benani

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*

x

Check Also

Mort planifiée d’une Journaliste, Shireen Abou Akleh

Par-dessus les clameurs et suppliques ...

Eric Zemmour: La haine de l’autre et surtout de soi

Au premier abord, la teneur ...

Le Tsar et le Yankee

Au début de cette année ...

Adieu petit Rayan…

Mieux que ne l’aurait permis ...

La rançon de la gloire

Nous ne voulons pas croire ...