Accueil » Point de Vue » L’éthique commerciale! Est-ce que ça existe?

L’éthique commerciale! Est-ce que ça existe?

Le commerçant est appelé à saisir les bonnes occasions pour réaliser des profits. Et, c’est normal! C’est la nature du métier! Seulement, cette activité proprement humaine est soumise à des règles d’éthique confirmant son caractère humain et moral… c’est philosophique tout ça, dites-vous. Non pas du tout ! Cette philosophie possède, malheureusement, une base réelle dans notre vécu palpable quotidien. Chaque jour, l’on a à faire à toutes sortes de commerçants dont l’éthique est variable d’un vendeur à un autre. D’ailleurs, ils sont une image réelle et fidèle, reflétant le grand patchwork qui fait notre société, avec ses avantages et ses inconvénients. A notre avis, moraliser l’activité commerciale, ça va sûrement, prendre beaucoup de temps et d’énergie. De toute façon, qui va moraliser qui? Un processus de moralisation du commerce est comme celui de la politique, ça finirait, sans nul doute, dans la grande déception. Donc, l’option de la dissuasion par le biais des lois de la République est porteuse de fruits, plus que d’autres options «spirituelles». Afin de mettre cette « théorie » en application, il faudrait mettre à l’œuvre un système de contrôle et de supervision national, commençant du haut du sommet de la pyramide, en descendant progressivement, vers le bas et le palier de la proximité. Il faudrait commencer par mettre sous contrôle les contrôleurs eux-mêmes notamment contre les tentatives de corruption. Je n’ajoute rien à la connaissance de tout le monde, en disant, qu’un contrôleur des prix, de la qualité ou d’hygiène est soumis au quotidien à la tentation de l’argent sale. C’est, d’ailleurs, la raison pour laquelle le système en charge de superviser l’activité commerciale en Algérie demeure toujours, inefficace par rapport aux attentes. Ainsi, il faudrait revoir de fond en comble l’organigramme, les textes juridiques et procéduraux et la formation professionnelle des cadres. A notre avis, un contrôleur, c’est celui qui aurait le plus besoin d’être contrôlé. Nous ne sommes pas en train de travailler avec une espèce «d’anges» à l’esprit blanc comme la neige. C’est le rôle du ministère en charge de ce dossier, de procéder à des réformes qui devraient permettre de revoir les mécanismes mis en place pour le contrôle de l’activité commerciale dans le pays. La politique, c’est quoi? C’est une façon d’inventer et de mettre en œuvre des nouvelles procédures, afin de s’adapter aux imprévus qui s’imposent au fur et à mesure, des nouvelles orientations qui s’imposent dans la société.

À propos Abdelkader Benabdellah

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*

x

Check Also

Le top de la formation dans l’Institution militaire

Depuis l’adoption de l’option visant ...

Le 16 avril: Jour de la science… tout un symbole

Les Algériens avaient choisi le ...

Le Proche-Orient sur une poudrière

Dès le 07 octobre dernier, ...

Israël est désormais vulnérable!

A vrai dire, la vulnérabilité ...

Et, si l’Iran attaque Israël?

C’est possible… Mais une telle ...