Accueil » ORAN » Les vendeurs accusent les grossistes. La pomme de terre toujours en hausse

Les vendeurs accusent les grossistes. La pomme de terre toujours en hausse

Que se passe-t-il pour la pomme de terre dont le prix ne veut pas se stabiliser. Les prix de la pomme de terre, un produit de base pour les ménages algériens, ont enregistré dernièrement une hausse vertigineuse. Les prix de la pomme de terre volent. Pour un kilo de ce tubercule, il faut débourser entre 100 et 120 DA le kilo. Pire encore, il aurait même atteint les 150 dinars dans certains marchés de la région. Cela alors qu’on est en pleine saison de production. En effet, la pomme de terre se vend à des prix exorbitants dans les marchés. Le tarif de ce produit de première nécessité a dépassé toutes les espérances. Plusieurs facteurs sont derrière la cherté de ce légume. On cite notamment la baisse continue de la valeur de la monnaie nationale face aux devises étrangères. L’inéluctable chute du dinar a conduit automatiquement à une inflation et donc une hausse des prix sans précédent. En outre, la hausse des coûts de transport et des engrais a participé aussi à la hausse des tarifs de la pomme de terre. Un autre élément déterminant a provoqué cette crise. Il s’agit de la baisse des importations de la semence de pomme de terre. Afin de réduire la facture des importations, les autorités algériennes ont misé sur la semence locale. Toutefois, cette dernière n’a pas donné les rendements attendus. Effectivement, un kilo de semence locale ne donne que cinq (05) kg de pomme de terre contre 10 kg pour celle importée. C’est ce qu’a confirmé un connaisseur au média susvisé. ? tout cela, s’ajoutent les conditions climatiques et une éventuelle mauvaise récolte. Néanmoins, tous les paramètres indiqués plus hauts ne sauraient justifier l’augmentation jugée unanimement exagérée. En effet, c’est le manque d’organisation de ce secteur qui est principalement derrière cette hausse inexpliquée. Pour leur part, les revendeurs accusent les grossistes qui font augmenter les prix d’une manière qui ne repose sur aucune logique. Ces derniers pointent du doigt les agriculteurs qui n’arrachent plus les récoltes. En fait, plusieurs paramètres sont derrière cette hausse sauf que les responsables restent muets devant une situation qui ne peut plus durer car les ardoises donnent le tournis au simple consommateur qui ne sait plus à quel saint se vouer.

À propos Islam Rayan

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*

x

Check Also

Alors que le marché communal demeure inoccupé. Les vendeurs à la charrette préfèrent les rues

En dépit de l’ouverture du ...

Il emboite le pas au poisson frais. Le surgelé également hors de portée!

Le poisson ne se pose ...

Enième coupure d’eau au Pôle urbain Ahmed Zabana. Les colporteurs ambulants jubilent

L’eau ne coule plus dans ...

Distribué en peu de quantité à l’AADL « Ahmed Zabana » La crise du lait en sachet coïncide toujours avec le Ramadhan

Avec l’arrivée de chaque Ramadhan, ...

Premier jour du Ramadhan à l’AADL Ahmed Zabana. Les commerçants en profitent, les citoyens en déclin

Alors que la population oranaise ...