Accueil » ORAN » Les usagers se sentent mieux avec le transport de l’Etat. Une solution pour assainir le secteur?

Les usagers se sentent mieux avec le transport de l’Etat. Une solution pour assainir le secteur?

Qui peut arrêter les pratiques, le moins que l’on puisse dire, injustes des transporteurs qui mènent la vie dure aux usagers. A quand la délivrance? A vrai dire, le diktat des transporteurs a atteint un seuil insupportable à un degré où parfois le pire avait été évité de justesse. Force est de constater que les transporteurs ne se plient guère aux règlements, il n’en demeure pas moins que la situation risque d’aller de pire en pire, avec des dépassements et des réactions qui peuvent causer des dégâts. Or, pour les usagers, l’interrogation qui se pose avec insistance, c’est bel est bien qui peut dissuader les transporteurs? En fait, les dépassements commis par les chauffeurs et receveurs, quotidiennement, font monter la colère des citoyens qui se sentent dans la gêne car ils sont chaque matin touchés dans leur amour propre et leur dignité. ‘’J’ai du mal à comprendre comment ces personnes réfléchissent. Ils n’ont aucun respect pour les citoyens. Qu’il s’agisse de femmes ou d’hommes, la manière avec laquelle les transporteurs se comportent avec les usagers, ne laisse aucune personne indifférente’’, dira un monsieur d’un certain âge qui avait refusé de se soumettre aux cris du receveur, lui demandant de s’approcher davantage d’une femme, dans le but de faire remplir le bus déjà plein à craquer. Il va sans dire que ces pratiques sont recensées un peu partout dans toutes les lignes, sauf que la réaction des services concernés tarde à se faire noter, de quoi mettre les usagers en colère. Alors n’en parlons pas des transporteurs qui demandent à toute une foule de descendre car le chauffeur ne désire pas terminer son trajet. A ce sujet, les usagers se disent dans l’obligation d’obtempérer au risque de se faire malmener par des receveurs qui ne s’empêchent pas d’utiliser un langage plein de menaces. A l’inverse, seuls les bus de l’Etat prodiguent un certain confort moral aux usagers étant donné que les chauffeurs et receveurs suivent une feuille de route bien tracée. C’est dire que la solution réside à remettre le dossier entre les mains des autorités locales. Une solution qui s’avère difficile à réaliser car le nombre de lignes qui opèrent à Oran, est tellement énorme que le risque de tout basculer peut créer un dysfonctionnement. Enfin, la mise en service de bus de l’Etat demeure une solution de rechange qui peut dans un premier temps dissuader les transporteurs privés, tandis qu’une réelle volonté d’assainir le secteur est le seul salut afin de remettre tout à l’ordre.

À propos Islam Rayan

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*

x

Check Also

Du matériel neuf et moderne pour le port d’Oran. Objectif: atteindre les standards internationaux

Immense port de commerce, Oran ...

35 nouveaux bus pour désenclaver les nouveaux pôles urbains. L’ETO renforce sa présence

Afin de pallier au manqué ...

285 projets validés, 1.000 hectares à la disposition des investisseurs. L’heure à l’investissement

Hormis son potentiel naturel qui ...

AADL «Ahmed Zabana». Le transport urbain, une question sans réponse

En dépit des appels de ...

Un flux important de touristes durant cette fin d’année. Oran, une destination privilégiée

El Bahia tient son rang ...