Accueil » Point de Vue » Les Start-up pour booster l’économie

Les Start-up pour booster l’économie

Les problèmes de l’économie se ressuscitent et se ravivent et ce, en dépit des «astuces» que notre intelligence pourrait nous inspirer et notre imagination pourrait concevoir. Nos intellects, spécialités en la matière, sont constamment en train de faire face aux insuffisances, s’éclorant çà et là à tout moment… Les micro entreprises, les Start-up sont, entre autres, quelques-unes de ces «astuces» qui ont été conçues afin de faire d’une pierre deux coups: résoudre un problème économique, en faisant impliquer des jeunes chômeurs diplômés dans le tumultueux monde de l’économie, des affaires et de l’entreprenariat. Secundo, s’attaquer indirectement au problème du chômage, en créant des postes de travail aux contingents de chômeurs déversés annuellement, par les universités et les centres de formation. Donc, les Start-up sont une bonne idée notamment, dans sa version théorique. Dans sa version pratique, les choses sont vues autrement …La réalité de choses va vous mettre devant de sérieux «trous d’air», de toutes sortes de pierres d’achoppement auxquelles il faudrait y faire face avec abnégation, sérieux et intelligence. Une Start-up ne va pas marcher toute seule. Elle aura sûrement besoin de notre savoir-faire et notre maîtrise du métier. Le monde de l’économie est une vraie jungle. Elle est surtout caractérisée par une opiniâtre concurrence, la création continuelle et une bonne connaissance du marché au milieu duquel l’on va évoluer.
Dans le cas contraire, vous êtes «out». Voilà pourquoi l’idée de la Start-up est très bonne dans la mesure où elle est mise en pratique par des connaisseurs et suite à une formation judicieusement faite. L’on peut dire l’option de faire de la Start-up, un vecteur économique fiable, est constatée un peu partout dans le monde. Pas mal de pays ont fait recours à cette option avec des formes et des méthodes diverses, adaptées aux circonstances propres à chaque contrée. En Algérie par exemple, les CNAC et ANSEJ, les dispositifs par lesquelles l’on avait mis en exécution les idées de la Start-up et de la micro entreprise, ont été vivement critiqués par les observateurs. En dépit de toute cette virulence, les pouvoirs publics continuent-ils à financer ces projets malgré les déficits constatés…Les revers subis et les carences constatées sont justement dus au manque d’expérience. Cependant, au fur et à mesure que l’on avance dans le temps, les responsables de ces dispositifs vont acquérir le savoir-faire nécessaire en la matière et vont ainsi faire en sorte, d’éviter dans le futur, de retomber dans les mêmes ornières.

À propos Abdelkader Benabdellah

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*

x

Check Also

«Djamaa El Djazaïr» Haut lieu de tolérance et contre l’extrémisme

Pour prouver le faut, il ...

Feuille de route pour une nouvelle république

Ô ! L’Algérie terre des ...

Le 24 février, une date souveraine

Deux grandes dates faisant partie ...

L’obésité, l’inquiétant nouveau phénomène

Les milieux scientifiques et médicinaux ...

Cybersécurité

En arrivant chez nous, la ...