Accueil » ORAN » Les spéculateurs tentent de reprendre du poil de la bête. Polémique mystérieuse sur une hausse de prix de certains fruits et légumes

Les spéculateurs tentent de reprendre du poil de la bête. Polémique mystérieuse sur une hausse de prix de certains fruits et légumes

La spéculation et l’informel ont durant longtemps stigmatisé le pouvoir d’achat du pauvre. La hausse des prix de certains fruits et légumes déjà en vogue depuis le début janvier 2022 n’est pas prête de s’estomper. Alors que la saison des récoltes est en cours les prix ne sont pas prêts de baisser laissant le commun des consommateurs perplexe tout convaincu qu’il est indubitable que les prix ne vont pas poursuivre leur lancée haussière et inexpliquée cet été. Pourtant, et contre toute attente, c’est le contraire qui se produit puisque les prix sont maintenus tels qu’ils étaient durant le mois de ramadhan à l’image du tubercule et de la dame tomate, deux légumes parmi les plus convoités par les ménages durant la saison de chaleur. Comme un malheur ne suffit pas, les spéculateurs qui semblent ces jours-ci redoubler du poil de la bête, cherchent à tout prix à influer sur la mercuriale des fruits et légumes dans l’espoir de maintenir instables les prix, la veille d’une saison qui s’annonce florissante en termes de production agricole si l’on en juge par les propos optimistes des différents responsables du secteur. Des spéculateurs et des commerçants, certains prétendant être en tel que tel, tentent depuis quelques jours via réseaux sociaux et de bouche à oreille, de multiplier les mises en garde en direction des consommateurs leur signifiant que «les prix de certains fruits et légumes vont augmenter de nouveau durant l’été». Ces prétendues mises en garde à l’initiative de ceux qui ont la mainmise et l’influence sur les prix, ont l’air de tarabuster au plus haut point les ménages au faible revenu mensuel. «Nous nous rendons régulièrement au marché des fruits et légumes où certains commerçants nous apprennent que les prix vont augmenter davantage durant l’été ce qui est en totale contradiction avec certaines assurances augurant une accalmie des prix durant la même période après une saison de récolte 2022 record » souligne un retraité au marché de la rue des Aurès (bastille ) située en plein cœur du centre-ville d’Oran, faisant allusion au passage la baisse perceptible en cours de tension sur le lait en sachet de 60 da et l’huile de table chez le vendeurs, deux signes selon lui qui montrent que durant l’été, il n’y aura point de difficulté pour les consommateurs tant en matière des prix qu’en disponibilité des produits. Il est utile de savoir que l’État, représenté par le ministère du commerce et les différents organismes de contrôle concernés, continue de lutter contre le phénomène des «pratiques spéculatives» pour améliorer le pouvoir d’achat du citoyen. Selon certaines indiscrétions, l’annonce d’une augmentation imminente des salaires et de pensions de retraités qui a entrainé une bouffée d’oxygène chez les catégories de ménages affaiblis par l’effondrement du pouvoir d’achat serait en train d’«inspirer» certains commerçants et intermédiaires de la filière qui tentent, au train où ce pouvoir d’achat est en train d’évoluer, de «tirer leur épingle du jeu» en polémiquant et en faisant faussement miroiter aux consommateurs une prochaine hausse des prix.

À propos B.HABIB

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*

x

Check Also

L’importation de la viande rouge continue. Faire face à la hausse des prix

Hausse des prix des viandes ...

Ruées massives et précoces des estivants sur les plages de l’ouest Il ne suffit plus de température minimum pour se baigner

Faut-il attendre une température minimum ...

Sécurisation des plages «Opération coup de poing contre les squatteurs»

Comme il a été dénoncé ...

Prochaine session d’APW. Les forêts, la saison estivale, la santé et d’autres dossiers

La prochaine Session ordinaire de ...

Le président de la République préside une réunion du Conseil des ministres. Projets de grande envergure au menu

Un nouveau Conseil des ministres ...