Accueil » ACTUALITE » Les sénateurs adoptent le projet de Loi relative à l’Information. Les binationaux exclus d’investir dans le secteur

Les sénateurs adoptent le projet de Loi relative à l’Information. Les binationaux exclus d’investir dans le secteur

La promotion de la liberté d’expression est consignée dans ce projet de loi organique qui vient d’être adopté par les deux Chambres parlementaires, conformément à l’article 54 de la Constitution. Cependant, le journaliste et après l’amendement oral du ministre, accepté et adopté par les députés de l’APN, ne doit pas « exclusivement » avoir étudié le journalisme à l’université. D’autres spécialités sont acceptées pour exercer dans ce créneau du journalisme. L’expérience a montré que des journalistes professionnels n’étaient pas spécialement des diplômés de l’université du journalisme. En dépit de l’absence de professionnalisme constatée, le futur journaliste, selon les dispositions de ladite loi adoptée, peut devenir professionnel après avoir justifié d’une expérience de 05 années dans le métier alors que ceci était de 20 ans auparavant. Les binationaux et, hélas, à la faveur de ce projet de loi, ne doivent pas investir dans ce créneau, un article qui a soulevé le courroux des députés et ensuite des sénateurs. L’on s’interroge sur cette restriction faite puisque seuls les détenteurs de la nationalité algérienne ont droit à s’impliquer dans ce processus et on nous avance plusieurs entraves, certains détracteurs parmi les sénateurs dont ceux du tiers présidentiel. Les enquêtes par rapport aux délivrances d’accréditation pour les journalistes, exerçant pour un média ou un journal étranger, sont ouvertes et ne peuvent se limiter à un mois seulement. Désormais et après adoption de ce projet de Loi relative à l’Information, la problématique de l’accréditation des journalistes exerçant pour le compte d’un organe ou média étranger est résolu. L’exemple tunisien, pour rappel, proposé par le député de l’émigration, Yacoubi, du MSP à l’APN, a été rejeté et les élus ont adopté l’amendement oral proposé par le ministre qui était d’un mois puisque les 10 jours étaient insuffisants pour diligenter une enquête concernant le postulant à cette activité pour la couverture d’évènements en Algérie. Les sénateurs que nous avons rencontrés en marge, craignaient le scénario du Hirak de 2019, selon leurs versions où plusieurs journalistes étrangers, soupçonnés « d’espionnage », avaient infiltré ce mouvement de contestation populaire. D’autres versions ont été avancées par certains antagonistes et qui spéculaient sur ce qu’ils ont qualifié de verrouillages ou de « mains étrangères ». Néanmoins, un consensus a été trouvé et la proposition de Bouslimani, celle d’accorder un mois pour ce faire, a été rejetée au niveau de la Chambre haute alors acceptée par la Chambre basse. Désormais, il est convenu, après cette adoption et après la reformulation de l’article incriminé et approuvé par les députés et rejeté par les sénateurs, que l’approbation dans un délai de 30 jours, à compter de la date de dépôt de la demande, d’une accréditation pour un journaliste exerçant en Algérie pour un média étranger et que par conséquent, «les modalités d’application du présent article sont fixées par voie réglementaire». Désormais et après cette adoption, il sera appliqué « la pénalisation de toutes formes de violence ou d’intimidation, lors de l’exercice par le journaliste de ses fonctions », et il est fait « obligation au média de souscrire à une police d’assurance au profit de chaque journaliste dépêché dans des zones pouvant mettre sa vie en danger, et lui accorder le droit de refuser le travail en l’absence de celle-ci, sans que son refus ne constitue un manquement à ses devoirs professionnels.

À propos NADIRA FOUDAD

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*

x

Check Also

Marché pétrolier mondial. Quelles perspectives à court terme?

Le ministre de l’Energie et ...

Banque Mondiale. 18,5 milliards de dollars de perte à Ghaza

Le bilan de cette agression ...

Agression israélienne contre Ghaza. De nouvelles victimes parmi les journalistes

Reporter sans frontières (RSF) a ...

Lancement du Réseau associatif pour le dialogue et le bon voisinage algéro-africain. Soutien pour les dynamiques participatives

Une convention de partenariat et ...

Opérateurs algériens. Quels sont les enjeux économiques?

Le baril du pétrole plafonne ...