Accueil » ORAN » Les polycliniques au four et au moulin pour les consultations quotidiennes du Covid. Les infirmiers de la vaccination mettent en garde

Les polycliniques au four et au moulin pour les consultations quotidiennes du Covid. Les infirmiers de la vaccination mettent en garde

Le nombre des consultations médicales quotidiennes du Covid -19 sont sans cesse importantes, au niveau des établissements publics de santé de proximité à Oran, suite à l‘appel lancé par le comité scientifique et le ministère de la santé pour la vaccination suite à la recrudescence des contaminations virales depuis déjà plus d’une semaine. Depuis quelques jours, une affluence somme toute significative s’abat sur l’EPSP de Seddikia qui vaccine une moyenne de 60 patients par jours dont certains cas de voyageurs auquel il est exigé le Pass sanitaire et sur celui des Castors (Zraa) où la présence journalière des citoyens est comparativement plus importante ces derniers jours, a-t-on constaté jeudi 20 janvier. Les infirmiers chargés de la vaccination anti Covid, prédisent un empressement à se faire vacciner beaucoup plus imposant durant les prochains jours estimant que parmi les citoyens qui sont arrivés récemment, il existe ceux qui ont hélas considérablement tardé à subir la 1ère dose de vaccin, ce qui explique selon eux, leur contamination positive. «Le rebond des infections par le Covid, constaté dernièrement à Oran, vient du fait qu’un certain nombre de citoyens ne s’est pas encore fait vacciner depuis le début de la campagne de vaccination, lancée le 31 janvier 2021 malgré les moyens humains et matériels dont les vaccins débloqués par l’Etat et le ministère de la santé afin d’immuniser le maximum de la population » a confié une infirmière. Les infirmiers de la vaccination à qui il faut faire chapeau bas pour avoir été aux premières loges lors des pics de contaminations par la pandémie, avouent «avoir vacciné jusqu’à 70 à 80 citoyens durant cette période en dépit des conditions difficiles de travail et la peur d’attraper ce virus». Sauf qu’aujourd’hui et de l’avis aussi bien des médecins des unités Covid que de infirmiers chargés de la vaccination, les conditions de travail sont toute autre, puisqu’elles se sont nettement améliorées avec le renforcement de la vigilance au niveau des EPSP, l’augmentation du nombre des personnels des unités de Covid, les facilités d’accès des citoyens aux test antigéniques, aux consultations secondaires, préalables à la vaccination et la disponibilité des vaccins. Tout le monde est unanime que seuls la vaccination et le respect des gestes barrières sont en mesure de freiner la propagation de la pandémie, qui enregistre à partir de décembre dernier, l’apparition dans le monde du variant dénommé Omicron.

À propos B.HABIB

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*

x

Check Also

Ruées massives et précoces des estivants sur les plages de l’ouest Il ne suffit plus de température minimum pour se baigner

Faut-il attendre une température minimum ...

Sécurisation des plages «Opération coup de poing contre les squatteurs»

Comme il a été dénoncé ...

Prochaine session d’APW. Les forêts, la saison estivale, la santé et d’autres dossiers

La prochaine Session ordinaire de ...

Le président de la République préside une réunion du Conseil des ministres. Projets de grande envergure au menu

Un nouveau Conseil des ministres ...

En période électorale, l’obsession politique sur l’Islam devient particulièrement préoccupante. La mosquée de Paris dénonce

Que reproche-t-on aux Musulmans de ...