Accueil » ACTUALITE » Les massacres du 8 mai 1945, une période charnière de l’histoire de la nation. Les Algériens n’oublieront jamais

Les massacres du 8 mai 1945, une période charnière de l’histoire de la nation. Les Algériens n’oublieront jamais

Une page douloureuse s’ouvre à nouveau. Les massacres du 8 mai 1945, un autre crime colonial contre l’humanité «impuni». 77 ans après, ces massacres rongent encore l’histoire et le passé colonial peu glorieux de la France. Revigorée et consolée par la victoire en 1945 des alliés contre les nazis de Hitler, la France commettait alors les plus horribles carnages à Sétif, Guelma et Kheratta lesquels furent sanctionnés par des milliers de morts de civils algériens. Le contentieux colonial est visiblement et tellement « lourd ». L’Algérie, par la voix de son Président de la République, a tenu à rendre un hommage vibrant aux martyrs tombés au champ d’honneur lors de ces journées douloureuses où les Algériens, hommes, femmes et enfants, sortis en masse dans les rues de ces trois villes, ont clamé l’indépendance de leur pays, voyant qu’il n’y avait mieux de récompense, du fait que des milliers de combattants algériens furent engagés sur tous les fronts par la France et participèrent à sa libération dans ses guerres. Les massacres du 8 mai ont constitué un axe central de la question mémorielle, liant les deux pays au point où les officiels français ont longtemps dénié la responsabilité de l’Etat français dans les horreurs vécues ces jours-là par les populations civiles algériennes. C’est ce «déni» observé par les Français à l’égard du respect du devoir de mémoire et de l’histoire qui soulève aujourd’hui le tollé, encore que, faudra-t-il longtemps à la France de se remettre en question et de reconnaître ses crimes. Force est d’analyser que ces évènements ont été un «témoin» flagrant et tangible des «massacres de masse» jamais commis contre un peuple colonisé dans le monde. Une date qui restera gravée en lettres de sang versé par les Algériens désarmés lors des manifestations pacifiques, pour montrer leur adhésion aux idéaux du courant nationaliste libérateur et à son appel pour l’indépendance qui commençait à germer et à prendre forme depuis le début des années 40 après la naissance des mouvements nationalistes dans le Moyen-Orient et leur refus de l’hégémonie de l’Occident après la chute de l’empire Ottoman. L’Algérie n’a pas oublié et n’oubliera jamais. De tels massacres, aussi éponymes furent-ils, n’ont pas pansé les blessures ni réussi à faire exorciser les meurtrissures psychologiques infligées depuis aux Algériens. Dans un message à l’occasion de la commémoration du 77ème anniversaire de cette tragédie, le Président de la République, M. Abdelmadjid Tebboune, a affirmé, samedi, que les massacres du 8 mai 1945 avaient constitué une période charnière de l’histoire de la nation, indiquant que l’attachement au dossier de l’Histoire et de la Mémoire émanait de la responsabilité de l’Etat envers son capital historique. « Notre attachement au dossier de l’Histoire et de la Mémoire émane de ces pages glorieuses et de la responsabilité de l’Etat envers son capital historique, étant un des fondements qui ont forgé l’identité nationale algérienne et un socle essentiel pour la construction du présent et l’anticipation de l’avenir sur les bases et les principes de l’éternel Message de Novembre », a écrit le Président Tebboune, dans un message à l’occasion de la célébration de la Journée nationale de la Mémoire, marquant les massacres du 8 mai 1945. Le chef de l’Etat poursuit en disant que: « Cet attachement s’éloigne de toute surenchère ou négociation pour préserver notre mémoire et œuvre parallèlement au traitement du dossier mémoriel et de l’Histoire en toute probité et avec objectivité dans la perspective d’établir la confiance et de jeter les bases de relations de coopération durable et fructueuse, garantissant les intérêts des deux pays (Algérie-France) dans le cadre du respect mutuel ». Il faudra, pour ce faire, « resserrer les rangs pour pouvoir traiter, avec l’efficacité et la célérité requises, notre situation socioéconomique, interagir avec le monde extérieur et faire face aux tensions et fluctuations successives avec un front interne soudé en mesure de consolider la place de l’Algérie dans le contexte des nouveaux équilibres que connaît le monde », lit-on dans le message du Président de la République. Ce front interne sera capable de « déjouer les tentatives de provocation et mettre à nu les contrevérités hostiles qui ne feront pas renoncer l’Algérie à ces grands choix et orientations stratégiques, qu’il s’agisse des démarches adoptées pour réaliser une cadence ascendante en matière de développement durable à la faveur de la mobilisation de nos capacités et la lutte contre le pillage des ressources de la nation, ou bien de la vision régissant notre politique extérieure ». Une politique extérieure, a soutenu le chef de l’Etat, qui « œuvre à la défense de nos intérêts et le recouvrement mérité de la puissance et du poids de l’Algérie, puisés de son histoire séculaire, de l’unité de son peuple, de ses capacités et ressources, et de sa volonté d’établir des relations équilibrées avec ses partenaires au double plan régional et international ». Il s’agit-là, a-t-il souligné, « d’une vision appelant à faire prévaloir la voix de la Justice et à soutenir les causes justes faisant ainsi de notre pays un élément d’équilibre et de stabilité dans la région ». Le Président Tebboune considère que « notre glorieuse histoire, source de notre fierté et inspirant les générations au fil du temps, s’illumine et s’enracine davantage dans notre esprit à chaque fois que la rancœur de ceux qui ne se sont toujours pas débarrassés de leur extrémisme et attachement chronique à la doctrine coloniale désuète et misérable, s’accentue. Ceux-là n’ont pas appris des tentatives désespérées de dissimuler les vérités de l’Histoire par l’imposture et l’oubli ».

À propos B.HABIB

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*

x

Check Also

Le Président de la République s’exprime sur les souffrances des ghazaouis. «Une tache dans l’histoire de l’humanité»

Des bombardements et des morts ...

Mers Al Hadjadj. Près de 200 embarcations de fortune évacuées mercredi du petit port

Dans le cadre de la ...

L’armée sioniste a détruit intentionnellement toutes les infrastructures de base. Plus de 20 ans pour reconstruire Ghaza

Comment reconstruire la bande de ...

Une position africaine commune pour la réforme du Conseil de sécurité. Corriger une injustice historique

L’Afrique dit son dernier mot. ...

Sacrifice de l’Aïd El Adha. Simple formalité pour les riches, Vraie saignée pour les pauvres

Il faut toucher combien pour ...