Accueil » Point de Vue » Les malades chroniques pendant le jeûne

Les malades chroniques pendant le jeûne

«Il ne veut pas la difficulté pour vous, afin que vous en complétiez le nombre et que vous proclamiez la grandeur d’Allah pour vous avoir guidés et afin que vous soyez reconnaissants»

                                            (Sourat El Bakara) Coran

Donc, par rapport à ce que vient de citer le verset coranique, le jeûne pendant le mois sacré n’est jamais obligatoire pour l’observant dont la précarité de la santé ne permet pas l’endurance du jeûne avec ses privations et ses conditions difficiles. Les malades chroniques sont les plus désignés par ce cas dérogatoire. Toutes les obligations dans la religion islamique sont restreintes par certaines conditions dont les principales sont la bonne santé et la capacité physique ou intellectuelle. Parfois aussi la capacité matérielle comme le cas du pèlerinage. Il n’y a pas en Islam, les auto-immolations, ni les dévotions avec zèle ostentatoire, non plus les souffrances avec le «Christ». Cette règle ne concernera pas uniquement le jeûne ou le Ramadhan, mais également, toutes sortes de pratiques à observer. Si vous êtes soumis à un traitement médical sévère, nécessitant la prise des médicaments au moment du jeûne, la priorité est à la prise du médicament donc à l’entretien de la santé de l’individu. Quand votre santé sera rétablie, vous pouvez jeûner les jours ratés et si non, il y a d’autres moyens comme la charité, afin de compenser les jours abstenus. Aucune catégorie ne va souffrir avec le mois sacré de tous les biens, y compris ceux qui ne le font pas, parce qu’ils se moquent de la foi et de la religion ou bien, ils ne sont encore convaincus de la véracité de ces « croyances dépassées par les progrès de la modernité ». La liberté de croire ou de ne pas croire est garantie pour tout le monde. Ce n’est pas la première fois que le Carême arrive parmi nous. Les malades chroniques savent déjà comment traiter avec ces cas exceptionnels. Les professionnels de la santé publique sont armés d’une expérience suffisamment bonne, afin d’orienter leurs patients souffrants, vers la bonne solution et ne pas les exposer aux dangers qui pourraient être provoqués par l’observance du jeûne. Les spécialistes de la médecine avaient établi une nomenclature de maladies que le jeûne est censé aggraver à l’instar de l’anorexie, le diabète, l’hyperthyroïdie décompensée, l’épilepsie, la sclérose en plaque… Ce sont des maladies incompatibles avec le jeûne du fait que ce dernier peut provoquer une hypoglycémie, des crises d’ulcère gastrique, la diarrhée ou une constipation aigüe.

À propos Abdelkader Benabdellah

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*

x

Check Also

Hamas a déjà gagné la guerre

Loin des considérations exclusivement militaires…, ...

Et… on continue à vendre des armes à Israël !

C’est une erreur de penser ...

La Harga continue de plus belle

Pour certains jeunes en plein ...

Produits périmés: des tonnes et des tonnes saisies

Les services de contrôle qualité ...

10 derniers jours de Ramadhan: haute frénésie

Après les grands préparatifs de ...