Accueil » RÉGIONS » Les jeunes investisseurs face au blocage administratif à Tiaret. A quoi joue l’Algérienne des eaux….?

Les jeunes investisseurs face au blocage administratif à Tiaret. A quoi joue l’Algérienne des eaux….?

Décidément, certaines administrations publiques ignorent les directives et les orientations des lois de la république et du wali de la wilaya en continuant à jouer aux anciennes pratiques, notamment de la bureaucratie, une maladie incurable qui ne cesse de semer le doute dans le milieu des jeunes investisseurs de bonne foi. Un cas d’exemple concret se passe à Tiaret où un jeune investisseur s’était lancé dans un projet de réalisation d’une station de services répondant à toutes les normes de la modernité, en l’occurrence M. Benaichata Kadda qui a injecté des sommes colossales pour la réalisation de ce projet dans une zone déshéritée, plus précisément dans la commune de Réchaiga, 40 km à l’Est du chef-lieu de wilaya Tiaret. M. Kadda Benaichata qui avait rendu visite à notre bureau, a expliqué que son cas de blocage par l’Algérienne des Eaux de Tiaret n’est en réalité qu’une pratique de bureaucratie exercée sur lui par certains responsables de la direction et de l’unité de Mahdia. Son histoire est un peu inimaginable! Après avoir tout réalisé de son projet de construction d’une moderne station de services répondant à toutes les normes et le cahier des charges, le jeune propriétaire qui compte mettre en service sa station le 5 juillet prochain, avec la création de plusieurs postes d’emplois, avait adressé auparavant en octobre 2019 une demande d’approvisionnement en eau potable et le raccordement de sa propriété au réseau principal de l’AEP. Sa surprise fut grande quand il s’est retrouvé poursuivi en justice par l’ADE pour vol d’eau. Une eau qu’il n’a jamais connue. Il a été innocenté en première instance du tribunal de Ksar-Chellala le 25 Janvier 2021, puis en deuxième instance de la cours de justice de Tiaret en date du 18 Avril 2021, après un pourvoi de cassation formulé par l’ADE. Après quoi, il s’est rapproché de nouveau devant l’unité ADE de Mahdia pour un éventuel raccordement de sa station en eau potable et malgré les deux jugements de non lieu, le jeune investisseur s’est retrouvé encore une fois bloqué par ces mêmes services par un versement de 11 millions de centimes, comptabilisés comme règlement d’une facture forfaitaire de consommation d’eau (?!!), pour pouvoir être raccordé au réseau de l’AEP. Ne trouvant aucune issue pour sortir de ces pratiques inutiles, ce jeune investisseur lance un appel au wali de Tiaret pour se faire valoir de ses droits et se lancer très prochainement dans la production et recruter des travailleurs. Il est à rappeler que le wali M.Deramchi Mohamed Amine a toujours averti contre ces blocages qu’exercent certains responsables, néanmoins, certains autres font toujours la sourde oreille.

À propos L.Bouhala

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*

x

Check Also

Université Ibn-Khaldoun de Tiaret. Épreuves écrites pour le concours national d’admission à la formation du troisième cycle (doctorat)

L’Université Ibn Khaldoun, Tiaret, au ...

Ain D’heb (Tiaret). Saisie de 2550 unités de boissons alcoolisées

Dans le cadre de la ...

Victimes d’asphyxie de monoxyde de carbone dans une école primaire à Tiaret. 16 élèves évacués à l’hôpital

Jeudi matin, pas moins de ...

Tiaret. 03 Morts et 04 blessés dans une collision

Les éléments de l’unité Secondaire ...

Rahouia (Tiaret). Saisie de plus de 258 grammes de kif traité et arrestation de deux frères

Dans le cadre de la ...