Accueil » ORAN » Les grossistes font de Maraval une décharge sauvage. Ils sont à l’origine de nuisance et de pollution

Les grossistes font de Maraval une décharge sauvage. Ils sont à l’origine de nuisance et de pollution

En raison du jet des déchets «commerciaux», issus des commerçants et la naissance indésirable de décharges sauvages devant leur demeure, la situation devient invivable pour les résidents des maisons situées au niveau de certains boulevards et ruelles de Maraval. Pointés du doigt, ce sont les commerces qui génèrent beaucoup de déchets. Malheureusement, la façon par laquelle sont jetés ces déchets, des cartons et divers produits périmés, a-t-on constaté de visu, en dit long sur le respect du voisinage et surtout sur le comportement, le moins que l’on puisse dire, incivique de certains commerçants. A vrai dire, les scènes que les riverains sont obligés de vivre quotidiennement, en témoignent sur une nonchalance déconcertante des grossistes qui occupent la quasi-totalité des locaux longeant les avenues Nachet Mohamed et Soufi Zoubida. Même les petites ruelles n’ont pas échappé à l’incivisme de ces grossistes qui n’ont laissé aucun coin du quartier sans le polluer avec des déchets, principalement des emballages, mais aussi toutes sortes de détritus qui ne font que pourrir la vie aux habitants du quartier. Jadis, cet endroit de la ville, très paisible, offrait un cadre de vie confortable et adéquat surtout pour les familles en quête de quiétude, sauf que le vent du changement a apporté des modifications malencontreuses, pour le paysage si gracieux du quartier, devenu par la force du temps une vraie décharge sauvage et ce, sans que personne ne daigne bouger le petit doigt pour remettre les choses à leur état initial, afin d’éviter aussi bien aux riverains qu’aux résidents de subir les affres de l’incivisme de certains grossistes qui ne pensent qu’à s’enrichir au détriment du bien-être des occupants du quartier. Et pourtant, dans le secteur du commerce, les mentalités ont évolué face aux déchets. Actuellement, la gestion des déchets est une préoccupation environnementale et une priorité pour l’Etat. En revanche, c’est encore ressenti comme une contrainte pour certains commerçants récalcitrants qui ne se préoccupent pas des dégâts qu’engendrent des comportements velléitaires, à l’origine de préjudices sur le quotidien des résidents. Ces derniers ne sont pas restés les bras croisés et ont dénoncé ces comportements ayant précipité la prolifération des rats et la présence gênante des chiens errants, sans oublier les odeurs nauséabondes qui privent les résidents de l’air pur. En outre, des plaintes ont été adressées à qui de droit. Sauf que la réaction des autorités locales se limite, jusqu’à présent, à la collecte des déchets qui se fait tant bien que mal, mais, doit-on le dire, dans des conditions difficiles pour les éboueurs. Enfin, les résidents espèrent une réaction énergique des autorités locales qui ont, pourtant, évoqué la décision de délocaliser ces commerçants à des endroits adéquats où ils ne peuvent plus polluer ni provoquer des nuisances.

À propos Islam Rayan

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*

x

Check Also

Alors que le marché communal demeure inoccupé. Les vendeurs à la charrette préfèrent les rues

En dépit de l’ouverture du ...

Il emboite le pas au poisson frais. Le surgelé également hors de portée!

Le poisson ne se pose ...

Enième coupure d’eau au Pôle urbain Ahmed Zabana. Les colporteurs ambulants jubilent

L’eau ne coule plus dans ...

Distribué en peu de quantité à l’AADL « Ahmed Zabana » La crise du lait en sachet coïncide toujours avec le Ramadhan

Avec l’arrivée de chaque Ramadhan, ...

Premier jour du Ramadhan à l’AADL Ahmed Zabana. Les commerçants en profitent, les citoyens en déclin

Alors que la population oranaise ...