Accueil » ÉCONOMIE » Les entreprises subissent de plein fouet les conséquences du Coronavirus. Dévaluation du Dinar et baisse du pouvoir d’achat !

Les entreprises subissent de plein fouet les conséquences du Coronavirus. Dévaluation du Dinar et baisse du pouvoir d’achat !

C’est un autre obstacle en effet qui se dessine contre le monde entrepreneuriat à la faveur de la reprise économique. Une reprise qu’on dit “difficile” et “délicate” marquée par un retard d’ouverture des frontières, maintes fois dénoncé par importateurs, entreprises et hommes d’affaires. Le projet de Loi des finances 2021 prévoit une croissance de 3,98%. Mais comment compte-t-il opérer pour atténuer la dévalorisation du Dinar annoncée à partir de janvier prochain ? D’après ce qu’ont indiqué des patrons d’entreprises, la monnaie nationale, le dinar continuera à baisser devant le dollar US et avec lui le pouvoir d’achat en Algérie. Ce sont des temps troubles et difficiles à venir pour le dinar algérien. En effet, pour les prochaines années, soit jusqu’à 2023, la monnaie nationale va continuer à s’affaiblir nettement face au dollar. C’est en tout cas ce qui a été révélé dans le document du projet de loi de Finances (PLF) de l’année prochaine, 2021. Cela va sans dire. Cette baisse où comme l’avait qualifié le président du conseil d’administration de NCA Rouiba, Slim Othmani de «dévaluation» du dinar, va impliquer d’une manière automatique la baisse du pouvoir d’achat en Algérie. Dans une déclaration au quotidien généraliste Liberté Algérie, et sur un ton plutôt inquiet, pour Othmani, cette «dévaluation» de la monnaie nationale ne va pas passer inaperçue. À cet effet, il estime qu’elle aura un impact possible sur l’entreprise, un impact qui est loin d’être simple. Selon ses dires, les entreprises seront touchées de «diverses façons», passant maintenant aux conséquences. Le responsable a premièrement cité les inputs[ importés. Outre cela, on retrouve également les inputs achetés en Algérie. Ces derniers, selon le même intervenant, dépendent de l’importation. Othmani a conclu en mentionnant la baisse du pouvoir d’achat. Ainsi, une chose est sûre, selon Othmani, cette dégradation voire l’érosion monétaire va certainement impacter les entreprises algériennes. À cet effet, et face à la dévaluation que connaît le dinar depuis six ans, soit la mi-2014, le même orateur, contacté par notre source, a souligné la nécessité de corriger la hausse des prix. Ali Hamani, président de l’Association des producteurs algériens de boissons (APAB), partage le même avis que celui du premier intervenant. Cette dévaluation du dinar, pour lui, va certainement mettre «la trésorerie des entreprises à rude épreuve». Alors que cette crise les avait frappés comme du jamais vécu, un tel pronostic venant d’un spécialiste peut sembler déprimant pour les entreprises algériennes. Il convient aussi d’ajouter à cela, les nouvelles mesures du projet de la Loi des Finances de l’année prochaine (PLF 2021). Ces dernières imposent aux entreprises le paiement à termes des importations. Ce sont, à ce qu’il parait, de très sales temps à venir dans les trois prochaines années pour les entreprises. À cet égard, et dans l’espoir de solutionner ce problème avant que ce ne soit trop tard, le président de l’APAB n’a pas omis de recommander la création d’un mécanisme d’achat de devises. Une telle stratégie pourrait, selon la même source, mettre à l’abri les entreprises.

À propos B.HABIB

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*

x

Check Also

Ouverture d’agences bancaires à l’étranger. Un soutien financier prometteur

C’est quasiment l’un des chevaux ...

Après les perturbations d’approvisionnement en huile. ça commence à «re-flamber» au marché des légumes

Les spéculateurs de tous bords ...

Recouvrements douaniers en 2022. Près de 1150 milliards de DA de taxes et droits

Une année 2022 riche et ...

Pour opérer le changement escompté par les opérateurs économiques. Appel à la révision du Code des Douanes

Comment l’administration douanière compte-t-elle aider ...

Les parents d’élèves qualifient la décision du Président de «courageuse». Le wali remet les décisions d’intégration à 3.376 enseignants contractuels

En application des instructions du ...