Accueil » Point de Vue » Les chauffards, la route et le f’tour

Les chauffards, la route et le f’tour

Le travail de la route et des longs trajets ne connaît pas le moindre répit pendant le mois du jeûne. Pas de signe, ne se serait-ce d’une petite trêve sur nos autoroutes et l’intensité du va et vient du trafic reste la même. Ce travail des routiers essaie, tout de même, de s’adapter à cette particularité «spirituelle» de l’année. Se mettre devant le volant pendant des heures, sans l’incontournable café pressé du matin, sans l’odorant thé menthe, sans l’addictive cigarette et sans nourriture, cela laisse penser à un défi, dont seul un vrai croyant pourrait relever. La religion incite le musulman au travail, comme elle l’incite à ses pratiques rituelles sacrées. Mais, attention ! A cause des raisons ou des prétextes précités, le taux des accidents de la route connaît généralement des hausses inhabituelles. L’on ne peut pas conserver sa concentration sur ce que l’on fait, quand on est en route et à jeun. Parfois, le destin est au rendez-vous quand un chauffard décide d’arriver – quitte ou double- à destination avant le f’tour. Et, c’est justement par-là que le malheur arrive. Parfois, il traîne outre-tombe, avec lui tous les autres voyageurs…Les exemples sont légion, et les anecdotes de ce genre sont clairement relatées dans la presse et par les chaînes TV. Les autorités concernées de régulation des codes de la route et des transports, ont vu juste de mettre sur pied des «stations» aménagées exclusivement, pour le mois du ramadhan où l’on sert des repas, plus au moins copieux, façon d’inviter le routier à s’y arrêter et s’y inviter à manger à sa guise, sans pour autant penser à s’aventurer dans l’intention d’arriver coûte que coûte à destination, avant le moment précis. Il faudrait s’attarder devant le phénomène des accidents de la route qui fauchent annuellement des milliers de citoyens, sans bien sûr, omettre les blessures graves et inguérissables et les pertes matérielles qui se comptent par des milliards. Le hic, c’est que les pouvoirs publics restent sans la moindre idée efficace, afin d’apporter les solutions adéquates devant l’ampleur d’un phénomène qui ne cesse d’escalader vers les degrés le plus inquiétants.. Le jeûne pourrait servir de prétexte, mais non de cause réelle. Cette dernière, c’est la vraie cause est savamment emboîtée dans la mentalité de nos concitoyens, dans cette course pour la réussite «matérielle» tant rêvée par tout le monde.

À propos Abdelkader Benabdellah

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*

x

Check Also

Israël est désormais vulnérable!

A vrai dire, la vulnérabilité ...

Et, si l’Iran attaque Israël?

C’est possible… Mais une telle ...

Pas de fête de l’Aïd pour Ghaza

Comment pourrait-on penser à célébrer ...

Hamas a déjà gagné la guerre

Loin des considérations exclusivement militaires…, ...

Et… on continue à vendre des armes à Israël !

C’est une erreur de penser ...