Accueil » ACTUALITE » Les cas graves de Covid-19 en nette diminution en Algérie. Une 5ème vague est-elle possible?

Les cas graves de Covid-19 en nette diminution en Algérie. Une 5ème vague est-elle possible?

Les spécialistes s’inquiètent de la possibilité d’une 5ème vague en Algérie d’ici le mois de mai après le retour à une relative accalmie constatée ces dernières semaines. C’est le cas du Pr Benssad du chef de service d’épidémiologie de l’hôpital Didouche Mourad de Constantine, qui estime la probabilité de la survenue d’une 5ème vague à 80%. Depuis plus d’une semaine, les bilans chiffrés quotidiens du comité scientifique chargé du suivi de la pandémie flirtent avec la barre de 100 cas de covid par jour avec une nette diminution des décès (entre 3 et 4 par jour). De quoi au fait rester optimiste du moins d’ici le mois de ramadhan, période où les algériens avaient eu en 2020 à observer paradoxalement l’abstinence au fort moment de la pandémie, avec des restrictions rigoureuses et interdiction de sorties nocturnes et fermetures de certains lieux de commerce dont les cafés et les restaurants. Sauf que ce ne sera pas le cas à présent à un mois et dix jours du mois sacré. Ce qui n’empêche pas pour autant les médecins et les praticiens de la santé publique de se montrer vigilants et d’insister longuement sur le non relâchement. Le Dr Mohamed Melhak, ancien expert dans les laboratoires de biologie, estime pour sa part que l’Algérie est «au début de la fin de la quatrième vague». «On n’en est pas encore sortis, on est dedans» dira-t-il. Alors, une 5ème vague est-elle possible ? Jusqu’à l’heure actuelle, les prévisions faites par nos éminents experts et virologues ont toujours eu raison. Le fait qu’ils ont longtemps mis en garde contre le relâchement et le non-respect de gestes barrières, est un point positif à leur actif. Cette fois, ils n’ont pas tort d’ailleurs d’insister une nouvelle fois sur l’observation de la vigilance, de ne pas abdiquer ou de se contenter des chiffres actuels sur le covid qui peuvent avoir un effet psychologique contraire à celui souhaité. La pandémie du Covid-19 en est à sa quatrième vague en Algérie et comme la vigilance de l’état les lieux évolue et les chiffres sont en baisse, le professeur Merzak Gharnout livre son analyse. Dans une déclaration accordée vendredi à radio Setif, le Pr Gharnout, doyen de la faculté de médecine, évoque une fin de cette quatrième vague. Selon lui, la situation est assez stable et le personnel soignant arrive à gérer la situation avec un nombre de patients hospitalisés assez bas. «Par exemple à l’hôpital de Béni Messous, il y a actuellement 8 patients atteints du Covid», a-t-il souligné. De plus, même si la population vaccinée n’est pas encore suffisamment importante, les personnes atteintes se présentent avec des symptômes bénins, pouvant facilement être pris en charge. Le spécialiste a tenu, par ailleurs, à souligner que cette vague risque de ne pas être la dernière. « L’éventualité d’une cinquième vague reste présente. D’où l’importance de se faire vacciner, mais aussi de conserver les mesures barrière», a-t-il expliqué. Une baisse considérable des cas selon le dernier bilan du ministère de la Santé, l’Algérie n’a enregistré que 115 nouvelles contaminations, vendredi 24 février contre 123 cas confirmés la veille. Une baisse qui ne cesse de s’accentuer et qui marque donc la fin de cette quatrième vague de Covid-19 laissant un peu de répit au personnel médical algérien, avec en plus une diminution des admissions en soins intensifs avec seulement 14 patients admis en réanimation.

À propos B.HABIB

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*

x

Check Also

Le président de la République préside une réunion du Conseil des ministres. Projets de grande envergure au menu

Un nouveau Conseil des ministres ...

En période électorale, l’obsession politique sur l’Islam devient particulièrement préoccupante. La mosquée de Paris dénonce

Que reproche-t-on aux Musulmans de ...

Emballages de matières biodégradables en plastique Qui sont ces récupérateurs clandestins. qui écument les bacs à ordures…?

La récupération des emballages et ...

Le ministère de l’Enseignement Supérieur instruit les directeurs des établissements universitaires. Les diplômes remis avant le 31 juillet 2024

Est-ce la fin du calvaire ...

«La Loi 23-18 sera appliquée dans toute sa rigueur». Le wali durcit le ton quant aux constructions illicites

Il y a une semaine, ...