Accueil » ACTUALITE » Les Algériens de l’étranger devraient transférer 1,829 milliard de dollars à fin 2022. Les envois de fonds en hausse

Les Algériens de l’étranger devraient transférer 1,829 milliard de dollars à fin 2022. Les envois de fonds en hausse

Comment les fonds en provenance des émigrés luttent-ils contre la pauvreté et la précarité dans leurs pays d’origine? Comment la diaspora peut-elle aussi influer et financer le développement de son pays? Comment le gouvernement l’incite-t-il à faire des efforts ? Depuis l’investiture du président de la République, Abdelmajid Tebboune, la mission principale extérieure de l’Algérie a été de booster l’apport des investisseurs étrangers notamment algériens, résidant en outre mer, pour l’économie algérienne qui a enregistré un frein ces dernières années. Cette rude mission n’a pas été facile puisqu’elle a nécessité la mobilisation des ambassadeurs et des attachés diplomatiques, en plus de la nomination pour la première fois de diplomates, chargés de missions économiques afin de promouvoir et rehausser l’image de la « Destination Algérie».
Parmi tous ces flux d’investisseurs actifs et vitaux figurent, en premières loges, les travailleurs algériens émigrés dont les revenus constituent une source de financement imparable pour l’économie algérienne. Une bonne nouvelle pour les ménages au faible revenu en Algérie, en cette fin 2022. Ils pourront enfin souffler suite aux flambées de prix et ce qu’elles ont engendré comme effondrement atroce du pouvoir d’achat. Les fonds transférés par la communauté nationale installée à l’étranger sont une source alternative intarissable pour l’économie algérienne, voire un levier économique freinant l’impact de l’inflation. Pour la gouverne, les transferts d’argent de la diaspora algérienne vers l‘Algérie devraient être « revus à la hausse », selon un nouveau diagnostic, établi par la Banque mondiale laquelle a publié le 30 novembre dernier son rapport 2022. Il s’agit d’envois de fonds destinés aux pays d‘origine à revenu faible et intermédiaire. Ainsi, la Banque mondiale analyse que les envois de fonds ont résisté aux turbulences mondiales en 2022 et leur montant total est estimé à 626 milliards de dollars, soit une augmentation de 5 % par rapport à l’année dernière. Il s’agit toutefois d’un net recul par rapport à la hausse de 10,2 % enregistrée en 2021. «Pour les pays à revenu faible et intermédiaire, les envois de fonds des migrants sont une source vitale de revenu», estime l’Institution de Bretton Woods. Cette dernière ajoute que «ces transferts d’argent vers les pays d’origine contribuent à réduire la pauvreté et à améliorer la situation nutritionnelle et ils sont corrélés avec de meilleurs résultats en matière d’insuffisance pondérale à la naissance et de taux de scolarisation chez les enfants issus de foyers défavorisés». Le rapport de la Banque mondiale indique que «la recherche montre que les remises migratoires aident les ménages bénéficiaires à renforcer leur résilience, en leur permettant par exemple d’améliorer leurs conditions d’habitat et de faire face aux pertes subies à la suite d’une catastrophe naturelle». Pour ce qui est de l’Algérie, selon les estimations de la Banque mondiale, les envois d’argent des Algériens établis à l’étranger devraient enregistrer une hausse cette année par rapport à l’année précédente. En effet, selon l’institution financière internationale, d’ici fin 2022, les Algériens de l’étranger devraient transférer vers leur pays d’origine, 1,829 milliard de dollars, contre 1,759 milliard de dollars envoyés en 2021, soit une augmentation de 70 millions de dollars et une croissance de 3,83%. Pour ce qui est du Moyen-Orient et Afrique du Nord, la région devrait recevoir 63 milliards de dollars de remises migratoires en 2022, soit une progression de 2,5 % contre 10,5 % en 2021, selon le rapport de la Banque mondiale qui explique que «ce ralentissement est en partie lié à l’érosion des salaires réels dans la zone euro, même si la demande d’envois de fonds dans les pays d’origine a augmenté dans un contexte de détérioration des conditions de vie, notamment la sécheresse au Maghreb et les prix élevés du blé importé». En pourcentage du PIB, les envois de fonds sont importants au Liban (38 %) et en Cisjordanie et à Gaza (19 %). Globalement, les flux vers la région devraient augmenter de 2% en 2023. Les frais d’envoi pour un montant de 200 dollars s’élevaient à 6,3% en moyenne au deuxième trimestre de 2022. La région MENA a reçu 62 milliards de dollars en 2021, 56 milliards de dollars en 2020 et 54 milliards de dollars en 2019. Les Egyptiens sont premiers en matière d’envois de fonds vers leur pays d’origine au niveau de la région. En effet, l’Egypte demeure le pays de la région qui devrait recevoir cette année 32,337 milliards de dollars, contre 31,487 milliards de dollars en 2021. La Banque mondiale estime que «les remises migratoires vers l’Afrique subsaharienne, la région la plus exposée aux effets de la crise mondiale, ont augmenté de 5,2 % pour atteindre 53 milliards de dollars en 2022, contre 16,4 % l’année dernière (en raison principalement de flux importants vers le Nigeria et le Kenya)». «En 2023, les flux devraient encore ralentir, à 3,9 %, en raison de la persistance d’une conjoncture défavorable dans le monde et dans les pays sources de la région», prévoit la même source, qui ajoute: «La part des envois de fonds dans le PIB est importante en Gambie (28 %), au Lesotho (21 %) et aux Comores (20 %)». Il en coûtait 7,8 % en moyenne pour envoyer 200 dollars dans la région au deuxième trimestre 2022, par rapport à 8,7 % un an plus tôt. Les transferts d’argent varient en moyenne de 3,4 % à 25,2 %, précise-t-on.

À propos B.HABIB

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*

x

Check Also

Ouverture d’agences bancaires à l’étranger. Un soutien financier prometteur

C’est quasiment l’un des chevaux ...

Après les perturbations d’approvisionnement en huile. ça commence à «re-flamber» au marché des légumes

Les spéculateurs de tous bords ...

Recouvrements douaniers en 2022. Près de 1150 milliards de DA de taxes et droits

Une année 2022 riche et ...

Pour opérer le changement escompté par les opérateurs économiques. Appel à la révision du Code des Douanes

Comment l’administration douanière compte-t-elle aider ...

Les parents d’élèves qualifient la décision du Président de «courageuse». Le wali remet les décisions d’intégration à 3.376 enseignants contractuels

En application des instructions du ...