Accueil » RÉGIONS » L’environnement en est la première victime. Les ordures aux portes des maisons

L’environnement en est la première victime. Les ordures aux portes des maisons

Bien que pouvant se targuer d’être relativement propre par rapport à d’autres villes du pays, de quelque côté que l’on regarde ou que l’on aille, Saida offre un cadre de vie des plus lamentables. Les amoncellements de déchets jonchant les rues et les terrains vagues font désormais partie du décor, agressant vos sens visuel et olfactif et semblent même vous narguer. Les ordures assaillent les portes des maisons. Que de dépotoirs tout autour des immeubles, il n’a qu’à faire un tour pour s’en convaincre. Ne se gênant pas, certains habitants se débarrassent de leurs ordures en les balançant par-dessus la fenêtre et du haut de leurs balcons et là, les agents communaux voient leur tâche devenir plus ardue. Les exemples ne manquent pas et c’est toujours le citoyen qui est mis au banc des accusés. Exemple: un adulte jette des ordures sur un espace vert ou du moins ce qu’il en reste, un autre intervient pour le sermonner… Echauffourée ! « Je suis libre de jeter ma saleté là où je veux… De quoi, tu te mêles? Ce terrain t’appartient-il », tonne le fauteur. Alors que la ville croule sous les immondices, un doigt accusateur est pointé en direction de l’APC. Comment voulez-vous garder la cité propre si le contribuable continue de sortir sa poubelle après le passage de la benne à ordures de la commune. Ces images réelles sont monnaie courante et faire preuve de civisme est une denrée rare dans une société ou l’égoïsme et le je-m’en foutisme se taillent la part du lion.  » Le manque de civisme n’est pas le résultat d’une société qui évolue. Une société qui tangue au gré du changement rapide (changement politique), l’injustice, la misère, ne peut qu’engendrer des citoyens méfiants, craintifs, opportunistes, égocentriques. Même l’éducation peut être altérée par tant de poids et de pression. Lorsque la société se disloque, il ne reste plus aucune norme à respecter », indique un sociologue, candidat déchu lors des dernières élections législatives. La solution: nos amis de l’Environnement pensent qu’il est difficile d’agir sur le comportement des adultes: c’est au niveau des établissements scolaires qu’il faut apprendre aux jeunes ce que civisme et citoyenneté veulent dire : c’est une question de culture, de générations et de temps, se mesurant par décennies. Il faut que les gens sachent que l’Environnement n’est pas un évènement que l’on fête chaque année pour qu’il soit mis dans les oubliettes sitôt après… Il s’agit d’une culture qui doit incarner le civisme de tout citoyen pour son bien-être et celui de son entourage ! Ne dit-on pas que la PROPRETE est la moitié de la FOI?

À propos O.ogban

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*

x

Check Also

En visite de travail dans la daïra de Ouled Brahim. Le wali de Saïda sera-t-il écouté?

En visite de travail et ...

MC Saïda. Le club en chute libre, colère des supporters

Rejeté par ses propres enfants, ...

L’APC de Saïda aux abonnés absents. Où en est-on avec le gel des activités des élus?

Après plusieurs semaines d’hibernation (gel ...

Vol sous la menace d’armes blanches à Saïda. 03 malfaiteurs dont un mineur arrêtés

Trois individus, âgés entre 17 ...

Le wali de Saïda et la réalité du terrain. Ces visites inopinées sont-elles salvatrices?

Est-ce une nouvelle manière de ...