Accueil » RÉGIONS » L’enfer et la galère

L’enfer et la galère

L’été à Saida, c’est la saison de trop. Depuis le début de la période estivale, nos rues pullulent de jeunes gens au teint cuivré. Nos jeunes s’exposent ostensiblement et souvent sans se protéger aux rayons du soleil. Savent-ils seulement les risques qu’ils courent? L’été à Saida, c’est la marche à « l’ombre ». La région ne vaut pas un sou! la chaleur, la moiteur, la pollution celle atmosphérique enfin celle de l’environnement en général et bien d’autres choses …Et tout cela est poussé à son paroxysme. En un mot, c’est l’enfer sur terre. D’ailleurs, on qualifie la ville de Saida de tous les noms: réchaud – fournaise – chalumeau – forge allumée à plein gaz et en plein visage. L’été à Saida, c’est la salle d’attente de l’Enfer pour reprendre l’expression d’un citoyen : son antichambre. Trois mois assurés de maux de tête et de transpiration. Cependant, assis à même le trottoir ou sur les bancs publics des places de détente, beaucoup de citoyens passent leur temps à se regarder et à regarder les passantes. Terrible société en panne. Mais les petits métiers prolifèrent à travers les quartiers de la Ville. Faiseurs de M’Hacheb et vendeurs de cacahouètes…, l’on remarque aussi le vagabondage des enfants le jour et même tard dans la nuit. Ils sont livrés à eux-mêmes. Pas de piscines et leurs parents s’en soucient comme d’une guigne. Mais au fait, les vacances, la plage, qui en parle aujourd’hui?

À propos O.ogban

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*

x

Check Also

Le développement local à la loupe. Le wali de Saïda brandit la menace

Ce message est clair et ...

Réseaux sociaux et cyberdélinquance. La menace au bout du clic à Saïda

Les réseaux sociaux ont bouleversé ...

APC de Saïda. Va-t-on vers le dénouement de la crise?

A Saida, il n’y a ...

En visite de travail dans la daïra de Ouled Brahim. Le wali de Saïda sera-t-il écouté?

En visite de travail et ...

MC Saïda. Le club en chute libre, colère des supporters

Rejeté par ses propres enfants, ...