Accueil » SPORT » L’EN se complique l’existence en Côte d’Ivoire en concédant le nul à l’Angola Belmadi: «On a gâché, on s’est fait punir…»

L’EN se complique l’existence en Côte d’Ivoire en concédant le nul à l’Angola Belmadi: «On a gâché, on s’est fait punir…»

A l’instar de quelques grands du continent, la sélection nationale n’a pas vraiment réussi son entrée dans cette 34ème édition de la Coupe d’Afrique des Nations, concédant un nul frustrant face à un Angola sans complexe. Concédant volontiers le fait d’avoir concédé une égalisation évitable sur un temps faible, le sélectionneur national regrettait amèrement ces deux points perdus à l’issue d’une joute que les Verts avaient pourtant à portée de main. «On savait qu’on allait avoir une équipe accrocheuse, difficile à jouer. On estime que ce nul n’est pas mérité au regard de la possession. On a du mal à avaler d’encaisser un but sur un fait de jeu» tançait d’entrée Djamel Belmadi. Et d’argumenter: «On aurait dû faire le break, être plus tueur. On a eu un moment faible qui n’a pas duré mais qui a suffi à nous faire mal. Dans l’ensemble, à part certaines situations de transition, on n’a pas été mis en danger. J’explique ce résultat par notre moment faible, on s’est fait punir». Interpellé sur la différence entre ce qui marchait en 2019 et ce qui ne marche plus en 2023, le driver national a été assez clair. «Qu’est-ce qui manque par rapport à 2019? Ce qui est passé est passé, y’a d’autres joueurs qui sont arrivés pour écrire l’histoire et ce n’est pas utile de revenir au passé. Il y’a d’autres équipes qui sont là, qui sont aussi fortes.
Ce n’est pas juste avec la volonté de vouloir gagner qu’on va nous servir cela sur un plateau. Il faut élever le niveau et faire basculer les choses de notre côté et on a encore le traumatisme de la CAN 2021, sur deux mois nous avons tout perdu, notre titre de champions d’Afrique, on ne s’est pas qualifié en Coupe du Monde, mais je trouve que les joueurs ont répondu présent. Il y a des choses qui se font avec le temps. On doit vivre avec ce passé là. On connaît les ingrédients de la victoire, on doit les mettre en pratique. Il faut relever la tête» soulignait sobrement Belmadi, conscient qu’il faudra modifier son entrejeu pour espérer gagner face au Burkina Faso.

«Le traumatisme de 2022 est encore là»
«L’adversaire a laissé certaines fois peu d’espace mais il y avait toujours un joueur près de Nabil (Bentaleb). Une sentinelle on l’a place généralement pour être le premier relanceur, il était parfois gêné. On trouvé d’autres situations puisqu’Ismael a bien profité de ce couloir gauche où il a bien travaillé avec Rayan (Aït Nouri) et Youcef (Belaïli). Il y a eu pas mal de situation.
C’est vrai que Fares a été moins en vue, il aurait peut-être pu dans son positionnement défendre un peu plus bas quand on été dans leur camp et sortir un petit peu. On aurait pu le trouver en emmenant le ballon côté gauche. On le trouve trop peu, des fois c’est des positionnements d’un mètre, deux mètres, trois mètres, tu bouges au bon moment, tu reçois le bon ballon ça crée une situation offensive» dira-t-il. Et d’enchainer: «Après je ne sais pas si c’est parce qu’on manque d’expérience entre nous ou d’automatisme entre nous.
C’est vrai qu’ils ont quasiment jamais joué ensemble puisqu’Ismael n’a pas joué depuis huit mois, avant ça Nabil n’était pas en sélection, Fares est nouveau donc il doit sûrement manqué un lien entre les trois mais on travaille pour ça, ils ont la qualité pour pouvoir être un très bon milieu de terrain complémentaire.» Sur la belle entente du duo Belaïli-Bounedjah, notamment en première période, le sélectionneur national a, en outre, été élogieux. «Youcef a été très intéressant, on a encore vu leur relation, on cherche des relations de toute manière, tous les entraîneurs cherchent ça, créer des automatismes entre les joueurs. Je trouve qu’il a été productif, qu’il a été efficace, il a animé son couloir gauche que ce soit avec Rayan (Aït Nouri), avec Ismael (Bennacer) on a vu des choses intéressantes » indiquera Belmadi, pas totalement satisfait, cependant, du rendement global de son avant-garde.

«Nos milieux n’ont jamais joué ensemble»
«Ce qui est un peu rageant, c’est que j’aurais aimé que ça aboutisse sur un but de plus, parce qu’ils se sont retrouvés plusieurs fois dans cette surface de réparation. Il y avait une histoire de dernier geste, de dernière passe. Youcef, je trouve qu’il a été très intéressant sur cette première mi-temps après comme Baghdad (Bounedjah), comme peut-être certains joueurs il a accusé un petit peu le coup, il a beaucoup travaillé pour atteindre un certain niveau pour revenir en équipe nationale, il a beaucoup travaillé ces trois dernières semaines donc aujourd’hui sur l’ensemble c’est bien ce qu’il a fait, même si on peut attendre plus de Youcef il en est capable.» A propos de Bounedjah, enfin, il estimera qu’«il est dans une bonne dynamique, il a marqué un superbe but malheureusement refusé pour un hors-jeu sans doute justifié, je lui fais confiance». De son côté, le sociétaire de l’Eintracht de Frankfurt, Farès Chaïbi, élu Homme du match par la CAF, a également fait part de sa frustration d’avoir été tenu en respect par un Angola prenable. «On a dominé la première mi-temps de bout en bout mais en deuxième mi-temps on se doit de mettre plus d’intensité et on se doit de se donner de bout en bout surtout quand on est une équipe comme la nôtre. Je dirais qu’on n’a pas réussi à revenir avec la même détermination en deuxième mi-temps. Ce n’est pas une question de physique, on ne peu s’en prendre qu’à nous-mêmes» lâchera, dépité, le jeune international.

À propos Rachid.BELARBI

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*

x

Check Also

En tournée à travers les séances d’entraînement des clubs de l’élite nationale. Ce que cherche Petkovic en Ligue 1

En assistant aux séances d’entraînement ...

JS Kabylie – MC Oran (A 18h – 23ème journée de L1). Entre deux grands malades

Dans un classique qui a ...

Le N°10 du MCA soigne ses statistiques et son image. Un Belaïli nouveau pour charmer Petkovic

Avec 11 buts et pas ...

De nouveau très en vue avec l’Olympique Lyonnais. Benrahma monte en puissance

Et si le fait d’avoir ...

La course au maintien s’emballe à 8 journées de la fin Magra en surprise, Chlef s’enlise

Bien que leur équipe ne ...