Accueil » ORAN » «Le Vaucluse» à Hai Oussama. Le manque de bacs à ordures et l’incivisme derrière la dégradation de l’environnement

«Le Vaucluse» à Hai Oussama. Le manque de bacs à ordures et l’incivisme derrière la dégradation de l’environnement

La propreté, élément de base qui contribue à la santé de la population, fait malheureusement défaut dans certains quartiers et cités de la ville d’Oran. Des décharges sont implantées partout par les citoyens malgré la présence de poubelles collectives, mais ce n’est pas le cas dans certaines cités à l’exemple du Vaucluse (Boulanger) où l’incivisme et le manque de bacs à ordures sont derrière la dégradation de l’environnement. L’insuffisance en bacs à ordures, au niveau de certaines cités, se fait sentir apparemment et menace la santé des citoyens, de par l’amoncellement énorme d’ordures ménagères qui débordent de ces derniers et finissent par présenter de potentiels risques de contamination surtout en cette période de l’année où les citoyens craignent les épidémies ou de contracter des maladies, sans compter les odeurs nauséabondes qui se dégagent des tas d’immondices entassées à l’entrée de l’immeuble et à proximité d’une boulangerie. Les éboueurs éprouvent toutes les difficultés à faire la collecte et ramasser les sachets d’ordures, éparpillés n’importe où. Les habitants de la cité (le Vaucluse), sise au quartier de Boulanger, se plaignent du manque de bacs à déchets, favorisant l’entassement des ordures ménagères entreposées aux abords de leur cité, faute de disponibilité de bacs à ordures. Les habitants de cette cité sont contraints de vivre dans un environnement pollué, les habitants ont exprimé leur ras-le-bol de cette situation devenue insupportable; cette grande cité n’a que deux bacs à ordures seulement, alors que ces immeubles en question recensent plus de 150 habitations en plus des riverains qui jettent leurs ordures au niveau des alentours. Une situation qui génère la multiplication des décharges sauvages dans cette cité qui jadis était parmi les plus belles d’Oran. Il est vrai que les moyens mobilisés pour le nettoyage public sont en deçà des besoins constatés, mais l’inconscience de certains citoyens et leur manque de civisme constituent les principaux facteurs de cette saleté présente qui ne cesse de dégrader l’environnement, car on ne respecte même pas les horaires impartis pour sortir la poubelle. Ici, on jette n’importe où, n’importe comment et à n’importe quelle heure, tient à témoigner M.Nasreddine Mekri, un ancien habitant de la cité du Vaucluse.

À propos Y.chaibi

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*

x

Check Also

Journée commémorative. 232 ème anniversaire de la libération de la ville d’Oran de la colonisation espagnole

La libération d’Oran en 1792 ...

A quand un transport digne d’Oran

Le transport public n’est pas ...

Journée nationale du chahid. Les sœurs Benslimane ressuscitées

Proclamée officiellement le 18 février ...

Hassi Bounif. Triste constat

Hassi Bounif s’est malheureusement métamorphosé ...

Gardiens de voiture. «Il est grand temps de mettre fin à l’anarchie»

Il semble que le phénomène ...