Accueil » CHRONIQUE » Le Tsar et le Yankee

Le Tsar et le Yankee

Au début de cette année 2022, le monde est ébranlé par l’éclatement d’une guerre, juste à la ligne de démarcation qui sépare des pays confinés de part et d’autre dans deux blocs profondément et systématiquement antagonistes. Ces deux ensembles ont fini à la longue et au gré des divergences politiques à intensités diverses, par créer deux aires d’influence idéologiques dont l’affrontement tantôt politique tantôt franchement belliciste, perdure depuis la révolution bolchévique du début du siècle dernier et conforter toujours davantage l’hypothèse de la coexistence de doctrines irréversiblement inconciliables. L’initiative des hostilités vient incontestablement de la Russie, et il lui est imputé, par la communauté internationale, réunie en assemblée générale à l’ONU, le crime d’agression caractérisée d’un autre pays souverain et indépendant, selon le langage du droit international. Faut-il pour autant en rester à ces constatations préliminaires ? Ce serait prononcer une condamnation hâtive et inappropriée par rapport aux principes généraux de la justice si l’on ne creuse pas le débat, en revenant notamment sur les évènements saillants qui ont suivi la chute du mur de Berlin au début des années 90 et le démantèlement subséquent de l’ex-URSS. Le retour sur ces évènements rappelle en effet les engagements occidentaux de ne pas profiter de cette conjoncture défavorable à la Fédération de Russie, considérablement affaiblie à cette époque par la perte des vastes territoires de certaines des républiques socialistes soviétiques, en étendant le dispositif de l’OTAN vers l’est de l’Europe au-delà de l’Elbe. Dans son indécrottable hypocrisie, l’Occident tente de jeter une chape d’oubli sur ces accords avérés et ôter sournoisement de son chemin un obstacle à la violation du pacte, pourtant formellement scellé. Cela permit au fil du temps l’intégration à l’Alliance atlantique de presque tous les anciens pays satellites de l’ex-URSS, ainsi que l’encerclement sur le point d’être achevé de l’actuelle Russie. Entre les états baltiques limitrophes de la Pologne au nord-ouest et la Turquie au sud, seules la Biélorussie et l’Ukraine échappent encore à l’emprise progressive de l’OTAN dans son avancée inexorable vers l’est, pour tenter de cerner totalement l’immense pays et constituer, au regard de ce dernier, une menace ouverte contre sa sécurité. Sous l’instigation des USA, les responsables de l’Alliance et leurs affidés peuvent bien s’égosiller en déclamant à tous ceux qui veulent bien les croire que leur organisation est d’essence défensive seulement, sauf que de l’autre côté, ils n’en impulsent pas moins leur puissante machine médiatique à battre les tambours de guerre contre l’ogre russe qui agresse son petit voisin. Même la Suisse est conviée à la veillée d’armes, foulant aux pieds ses propres principes historiques et cardinaux de neutralité politique. Aux yeux des Russes, cette déclaration de bonne intention pêche par sa grossièreté et n’est considérée que comme un laborieux stratagème au long cours dont le dessein final n’est ni plus ni moins que l’isolement total de leur territoire et surtout l’appropriation intégrale de ce qui fut leur zone d’influence du temps où l’ex-URSS soumettait de toute sa puissance ses pays satellites et y imposait implacablement son système communiste. Se voyant acculé de toutes parts, dans une posture de un contre tous, Poutine en toute conformité avec sa réputation de personnage inflexible, franchit le pas en agitant l’épouvantail de la dissuasion nucléaire. ? la stupéfaction générale. C’est dire l’état d’effervescence de la situation. Du coup, le monde est terrifié à la seule évocation de la possible imminence d’un conflit majeur entre puissances nucléaires. Quant à nous autres, les abstentionnistes, imaginons l’intrigue et montons des scénarios pour pronostiquer sur qui aura le dernier mot : le Tsar ou le Yankee.

À propos A.Benani

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*

x

Check Also

La marque au losange n’a toujours pas obtenu son agrément. Les distributeurs Renault n’entrevoient pas d’éclaircie

Le sujet de la commercialisation ...

Mort planifiée d’une Journaliste, Shireen Abou Akleh

Par-dessus les clameurs et suppliques ...

Eric Zemmour: La haine de l’autre et surtout de soi

Au premier abord, la teneur ...

Adieu petit Rayan…

Mieux que ne l’aurait permis ...

La rançon de la gloire

Nous ne voulons pas croire ...