Accueil » CHRONIQUE » Le tiers de l’économie serait informel

Le tiers de l’économie serait informel

Le marché informel nous prend par les cornes et semble diriger l’économie et tout le pays avec, vers des objectifs, évidemment diamétralement opposés aux attentes voire des rêves du peuple …Le marché informel ne représenterait pas un grand risque pour le pays, tant qu’il est maîtrisé et faisant partie des règles du jeu mis en place par le système politique …l’informel deviendrait une menace pour l’existence de l’Etat quand il échappe à tout contrôle… j’explique : quand il se substitue à l’Etat lui-même.. Justement, c’est que se passe en Algérie, d’une manière qui n’est pas encore explicitement déclarée. Cependant, les faits sont là apportant des preuves tangibles, que l’Etat, par le truchement de ses services administratifs concernés, se trouve malheureusement impuissant devant une mainmise effrénée des gangs ayant main basse sur quelques secteurs de l’économie. Il y a quelques jours, les pouvoirs publics avaient annoncé une décision ministérielle importante en vertu de laquelle les détaillants en légumes et fruits sont désormais autorisés à s’approvisionner, directement, chez les fellahs sans passer par les « sangsues » mandataires … mais, quelle était, selon vous, la réponse de ces derniers ? Et bien, les prix des légumes et fruits sont montés en flèche, entre autres, la pomme de terre qui a atteint dans quelques régions les records de 120 da/kg …A Oran, nos sangsues seraient –peut-être plus cléments que ceux d’ailleurs .., elle n’a pas encore franchi – à ma connaissance- la barre des 10 da/kg.. Les ministères concernés par cette flambée des prix inattendue font des déclarations aux tons inaudibles, où ils menacent de frapper les mandataires par le nucléaire… En l’absence d’un Etat fort de droit, les gangs de l’informel et même ceux qui sont – paraît-il- en règle, vis-à-vis de l’administration et du fisc, à l’instar des braves et sangsues mandataires, y compris les grossistes, les importateurs et les négociants des produits de l’alimentation générale, vont continuer pour un bon moment, à faire la pluie et le beau temps au niveau du paysage commercial du pays… C’est-à-dire, que le marché de la consommation, dont dépendrait la vie des citoyens, est entre les mains de ces gens sans l’ombre d’un scrupule…Maintenant, c’est à l’Etat de reconquérir son domaine confisqué et restituer son autorité, également, piétinée … Chaque citoyen, et en vertu des dispositions de la Constitution et des lois de la république, a le droit de travailler et devenir riche, plus riche encore qu’il ne le souhaite…Seulement, la suprématie de l’Etat sur tout et sur tous, ne sera jamais sujet à caution…

À propos Abdelkader Benabdellah

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*

x

Check Also

Il ne reste plus rien à Ghaza !!

Il ne reste plus à ...

Est-il temps de réformer le Conseil de sécurité (ONU)?

A vrai dire, c’est tout ...

L’Aïd éclipse tous les autres sujets

C’est surtout.. Les prix du ...

BAC : Les épreuves de l’angoisse

C’est le passage obligé vers ...

Le train Algérie-Tunisie sifflera de nouveau

Il y aurait quelque part, ...