Accueil » Uncategorized » Le temps et son… contretemps !!!

Le temps et son… contretemps !!!

Il paraît que chez nous, dans notre pays, le Temps s’arrête et, à chaque fois, il fait sa pause. Et comme nous ne sommes pas très attentifs aux sautes d’humeur de monseigneur Temps, nous ne remarquons jamais ses arrêts ou ses pauses. Forts de nos convictions et de nos destins, nous négligeons le parcours du Temps car, pour nous, il est toujours tôt de le rattraper plus tard. Mais le Temps, en même temps, se fout royalement de nos desideratas quotidiens et nous fout toujours dans des situations inextricables où même le Temps n’a pas le temps d’exaucer nos vœux. C’est une histoire de temps où il n’y a pas si longtemps, dans une ville côtière du nom d’Oran, le… ton fut donné d’ériger, en moins de temps qu’il ne faut pour le dire, un havre de paix et de travail pour de supers vendeurs, de carburants et d’oil, aux cheveux crépus et enturbannés et aux teints basanés. C’était sans compter avec monseigneur Temps qui, ne se sentant pas avisé à temps, et connaissant fort bien les capacités des réalisateurs du projet, leur opposa son Contretemps en lui intimant l’ordre de leur fourguer, à chaque mi-temps, des intempéries, des oppositions et des incompétences. Le Temps, très au courant de la lenteur des hannetons, leur exposa, à la face, les problèmes de la cité des Lions se caractérisant en routes rapiécées, fissurées et crevassées comme des sentiers érigés à la hâte ou bombardés par des F111 amerloques et rappelant vaguement un Kandahar fui par ses populations. Ricanant face à ces décisions de contretemps, monseigneur le Temps fit dévoiler aux réalisateurs ébahis l’immensité des dégâts que pourrait provoquer une petite ondée sur une ville mal gérée, mal conservée et mal aimée. Des câbles de téléphone arrachés, des trottoirs mal façonnés mais payés en lourd tribut, des poteaux électriques défectueux, des bâtiments délabrés, des chantiers inachevés, des palmiers tordus, des regards qui ne mènent nulle part et des visages fermés à tout sourire, à toute nouvelle idée. Les plus de soixante ans regardent les moins de vingt ans avec l’espoir de les voir respecter le Temps qui a, de tout temps, donné des leçons à tous ceux qui le négligent, l’écartent et font fi de son rôle majeur dans toute initiative, toute entreprise et tout acte. Espérons que Monseigneur Temps n’excite pas sa copine Justice à prendre son glaive et à aller faire des comptes là où il ne faut pas. Ce serait déjà un contretemps !

medhayas31@gmail.com

À propos Sayah.Med

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*

x

Check Also

Au bout de l’impasse?… La mort !!!!

Qu’ils soient absents ou présents, ...

«Ce n’est pas la girouette qui tourne, c’est le vent !»

Peut-on occuper un poste, un ...

ça broute et ça shoote !!!

Comme un produit que l’on ...

Au pied du mur, on «voit» le maçon !

Me retrouvant seul et sans ...

Qui doute ne se trompe point !!!!

Qui nous a appris à ...