Accueil » CHRONIQUE » Le Soudan face à la famine!

Le Soudan face à la famine!

Le Soudan fait face à une grave crise alimentaire et de malnutrition, exacerbée par un conflit persistant entre l’armée et les forces paramilitaires de soutien rapide. Des responsables humanitaires dont des chefs d’agences onusiennes, alertent sur le risque imminent de famine au Soudan, demandant un apaisement des violences à El-Facher, au Darfour. Ils estiment que 18 millions de personnes sont en grave insécurité alimentaire. Parmi les signataires de cette déclaration publiée à Genève, on retrouve Martin Griffiths de l’ONU, Volker Türk des Droits de l’Homme, Tedros Adhanom Ghebreyesus de l’OMS et Filippo Grandi des réfugiés. Plus de 18 millions de personnes sont touchées par la faim dont 3,6 millions d’enfants souffrant de malnutrition aiguë. Les Nations unies et d’autres agences humanitaires sonnent l’alarme, avertissant d’un risque imminent de famine pour des millions de personnes déplacées et privées d’aide humanitaire dans le pays. «Le temps presse pour des millions de personnes au Soudan qui sont exposées à un risque imminent de famine, déplacées de leurs terres, vivant sous les bombardements et coupées de l’aide humanitaire», selon une déclaration commune des chefs de l’ONU dont Volker Turk, le haut-commissaire des Nations unies aux Droits de l’Homme qui s’exprimait ce vendredi 31 mai 2024. «Sans un changement immédiat et majeur, nous serons confrontés à un scénario cauchemardesque: une famine s’installera dans de grandes parties du pays», lit-on dans la déclaration, également signée par Martin Griffiths, responsable de l’aide humanitaire des Nations unies. Un rapport soutenu par l’ONU a déclaré en mars qu’une action immédiate était nécessaire pour «prévenir la mort généralisée et l’effondrement total des moyens de subsistance et éviter une crise alimentaire catastrophique au Soudan». Malgré des besoins criants, le personnel humanitaire rencontre des obstacles et des refus délibérés d’accès de la part des parties au conflit au Soudan. Les déplacements dans certaines régions sont presque impossibles depuis mi-décembre et la fermeture d’un poste frontalier limite l’aide humanitaire. Les travailleurs humanitaires sont attaqués et des entraves délibérées à l’aide humanitaire ont affecté des centaines de milliers de personnes en mars et avril. Ces actions constituent une violation du droit international humanitaire. «Nous sommes également préoccupés par le soutien limité des donateurs. Près de cinq mois après le début de l’année et six semaines après la Conférence humanitaire internationale pour le Soudan et les pays voisins, qui s’est tenue à Paris le 15 avril, nous n’avons reçu que 16 % des 2,7 milliards de dollars dont nous avons besoin. Les donateurs doivent de toute urgence débloquer les fonds promis à Paris et accélérer le financement supplémentaire de l’appel à l’aide humanitaire. Alors que la famine se dessine, nous devons fournir dès maintenant une aide vitale beaucoup plus importante, notamment des semences pour les agriculteurs avant la fin de la saison des plantations», conclut le rapport.

À propos B.nadir

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*

x

Check Also

Pièces détachées autos, le puzzle !

Dans un communiqué publié ce ...

L’OPEP optimiste face aux incertitudes!

Mardi, les prix du pétrole ...

Le Covid qui intrigue toujours !

Selon une étude sur la ...

La chute du blé, une aubaine pour l’Algérie!

Suite à une baisse des ...

L’Algérie à l’heure de la transition énergétique

L’Algérie possède un potentiel considérable ...