Accueil » CHRONIQUE » Le Sommet du Caire, un échec!

Le Sommet du Caire, un échec!

Le Sommet «pour la paix» qui s’est tenu ce samedi au Caire, auquel ont participé 31 pays et trois organisations internationales, vire au «fiasco». Tebboune ne s’y est pas rendu alors que l’Emir du Qatar l’a quitté lors de son ouverture. Les États-Unis, l’Union européenne et dix pays occidentaux, du Japon au Canada en passant par l’Europe, ont qualifié le Hamas d’organisation terroriste», sans vraiment condamner les opérations militaires israéliennes à Gaza. Ils ont exprimé leur regret pour les victimes civiles et les souffrances des habitants de Gaza, mais n’ont pas appelé à un cessez-le-feu humanitaire. C’est là où se situe le conflit entre chefs d’Etat. Après deux semaines de guerre, «il faut agir maintenant pour mettre fin au cauchemar», a lancé à l’ouverture du Sommet du Caire, Antonio Guterres, alors que près de 4.400 Palestiniens ont été tués dans les bombardements de représailles israéliens à Gaza sous contrôle du Hamas, selon le ministère de la Santé local. Gaza a «besoin d’un acheminement massif d’aides», a ajouté le Secrétaire général de l’ONU, alors que seuls 20 camions y sont entrés, samedi, depuis le poste frontière de Rafah, entre Gaza et l’Égypte. Pour l’ONU, il faudrait au moins 100 camions par jour pour les 2,4 millions de Gazaouis, privés de tout. Le roi Abdallah de Jordanie qui a toujours été considéré comme modéré, est sorti de ses gonds. «La vie des Palestiniens compte moins que celle des Israéliens […] et les Droits de l’Homme s’arrêtent à certaines frontières, races ou religions», a-t-il déclaré, réclamant «un cessez-le-feu immédiat», relaye RFI. Le président égyptien Abdel Fattah al-Sissi a affirmé que «l’unique solution à la question palestinienne est la justice», soulignant le «droit» des Palestiniens «à établir leur État». La ministre française des Affaires étrangères, Catherine Colonna, a concédé une erreur: «Collectivement, nous n’avons plus fait suffisamment attention à la centralité de la question palestinienne», comme le relaye RFI. Selon elle, ce Sommet était une première étape, un moment pour délivrer des messages de paix. La concrétisation d’un cessez-le-feu à Gaza est encore loin, tant que les Occidentaux et certains pays arabes n’arrivent pas à condamner les actes terroristes de l’état hébreu. Déjà, les représentants des pays occidentaux et arabes à ce Sommet n’ont d’ailleurs pas pu s’entendre sur un communiqué final, ont indiqué des diplomates arabes à l’AFP. Les négociations ont achoppé sur deux points, selon eux: d’une part, «les pays occidentaux voulaient une condamnation claire du Hamas», dont l’attaque le 7 octobre contre Israël a déclenché une guerre ayant fait 1.400 morts dans ce pays. De l’autre, ils réclamaient «un appel à la libération des otages», quelque 200 personnes enlevées durant l’attaque par le Hamas.

À propos B.nadir

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*

x

Check Also

Blé, l’Algérie sereine…

Les prix du maïs, du ...

Valorisation des eaux usées, le défi

Le ministre de l’Hydraulique, Taha ...

Le FLN se prépare aux élections…

Sous la direction d’Abdelkrim Ben ...

Le SOS des enfants du Soudan

«Depuis près d’un an, les ...

Femmes palestiniennes, les victimes invisibles

Dans la bande de Gaza, ...