Accueil » ACTUALITE » Le Secrétaire général de l’ONU déplore. Ghaza : «Un cimetière pour les enfants»

Le Secrétaire général de l’ONU déplore. Ghaza : «Un cimetière pour les enfants»

Le ton du Secrétaire général de l’ONU est monté face à l’escalade en puissance des hostilités sionistes dans la bande de Ghaza. Usant des mots forts empreints de mélancolie et de regrets, Antonio Guteress a décrit la situation de «catastrophique» à Ghaza. C’est l’une des rares fois qu’un S.G de l’ONU emploie des mots d’une franchise quoique mesurée à propos de ce qui en est advenu des civils de la bande de Ghaza, particulièrement les enfants, cibles des bombardements intenses des militaires sionistes, allant jusqu’à comparer Ghaza à un «cimetière des enfants». Devant l’absence de prise de responsabilité de la communauté internationale à l’égard de ce qui se passe comme violations humanitaires frappantes dont les privations de l’eau, de la nourriture et du carburant, sans oublier les attaques planifiées contre les hôpitaux et les ambulances de Ghaza, outre le retard de l’entrée d’une trêve humanitaire demandée par la Maison Blanche à Netanyahu, le Secrétaire général de l’ONU ne cesse de multiplier les signaux et avertit le monde sur la catastrophe dans cette partie intégrante du territoire palestinien. Les clichés du S.G de l’ONU, dévoilés aux médias arabes et étrangers, montrent désormais un homme dénonciateur courageux mais toutefois isolé et affaibli par l’impuissance de la communauté internationale à dissuader la folie meurtrière des sionistes, qui, au contraire, ne fait que s’accentuer de jour en jour et par la même, alourdir les bilans des martyrs palestiniens, particulièrement les enfants innocents. C’est aussi la première fois ou presque qu’un chef de l’ONU déplore énergiquement et ouvertement les bombardements israéliens sur la bande de Ghaza, notent des analystes des affaires du Moyen Orient. L’histoire de l‘humanité retient que ni les soulèvements des peuples de dame planète contre les massacres en série sionistes dans la bande, ni les condamnations n’ont eu raison de l’hégémonie d’Israël, de plus en plus protégée par son allié de toujours. Pourquoi tant de retard d’un cessez-le-feu humanitaire à Ghaza qui est pourtant un droit international absolu? Guteress a des réponses. La «catastrophe» provoquée par l’agression armée sioniste contre la bande de Ghaza «rend la nécessité d’un cessez-le-feu humanitaire plus urgente à chaque heure qui passe», a plaidé, lundi, le Secrétaire général de l’ONU, décrivant Ghaza comme «un cimetière pour les enfants». «Les parties au conflit et la communauté internationale font face à une responsabilité immédiate et fondamentale: mettre un terme à cette souffrance collective inhumaine et augmenter radicalement l’aide humanitaire à Ghaza», a déclaré Antonio Guterres à la presse. «Le cauchemar à Ghaza est plus qu’une crise humanitaire, c’est une crise de l’humanité», a-t-il commenté, ajoutant que «Ghaza devient un cimetière pour les enfants». Selon le dernier bilan du ministère de la Santé palestinien, 10.022 personnes dont plus de 4.000 enfants, ont été tuées dans la bande de Ghaza depuis le 7 octobre dans les bombardements sionistes dévastateurs. «De très nombreux journalistes auraient été tués en une période de quatre semaines que dans aucun autre conflit ces trois dernières décennies», a ajouté Antonio Guterres, alors que le Comité pour la protection des journalistes (CPJ) a dénombré lundi au moins 36 journalistes et employés de médias dont 31 Palestiniens et un Libanais ont été tués depuis le 7 octobre. Et «un certain nombre excessif de travailleurs humanitaires de l’ONU ont été tués en comparaison à une autre période dans l’histoire de notre Organisation», a déploré le Secrétaire général, rendant hommage aux 89 membres de l’Agence de l’ONU pour les réfugiés palestiniens (UNRWA) tués.
Le chef de l’ONU a d’autre part insisté sur l’aide humanitaire insuffisante passant par Rafah, point de passage avec l’Egypte, vers la bande de Ghaza assiégée. L’ONU vient de lancer un appel aux dons de 1,2 milliard de dollars pour aider 2,7 millions de personnes (la totalité des habitants de la bande de Ghaza et les 500.000 habitants de Cisjordanie).

À propos B.HABIB

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*

x

Check Also

Projet de réalisation d’une zone franche et d’une route Tindouf-Zouerate. Algérie-Mauritanie: Nouvelle étape historique

L’Algérie tient à renforcer sa ...

Etude de réhabilitation du Marché de la Bastille. Un projet estimé à plus de 60 milliards de centimes

Le marché populaire des fruits, ...

Ras Al Ain. «800 autres familles seront relogées, ce qui porte le total à 2.100»

Après le report décidé en ...

Le wali d’Oran lors de Journée nationale du Chahid : «Les martyrs de la Révolution une «référence» pour la résistance palestinienne»

Les réactions en cascade des ...

Cessez-le-feu immédiat à Gaza. Le travail colossal de l’Algérie à l’ONU

Près de 30.000 personnes sont ...