Accueil » ACTUALITE » Le problème de recouvrement des créances entrave la réalisation des programmes. Sonelgaz : comment récupérer les 161 milliards de dinars ?

Le problème de recouvrement des créances entrave la réalisation des programmes. Sonelgaz : comment récupérer les 161 milliards de dinars ?

Les créances de Sonelgaz auprès de ses clients continuent de peser lourdement sur les finances du Groupe. Le montant global est faramineux, il est estimé à plus de 161 milliards de dinars. Tout le problème réside dans la difficulté de récupérer cet argent, sachant que les clients continuent de refuser d’honorer leurs factures. On entend par clients, évidemment, les foyers, les administrations et les établissements économiques. Ces deux derniers sont les plus récalcitrants même si bon nombre de foyers comptent parmi les mauvais payeurs. Mardi dernier, devant la commission de l’Agriculture, de la pêche et de la protection de l’environnement à l’Assemblée populaire nationale (APN), le PDG du Groupe Sonelgaz, Mourad Adjal, a relevé cette grande préoccupation. Il a surtout insisté sur l’importance des projets tracés par le Groupe pour améliorer notamment le service public. Des projets, on le comprend aisément, qui nécessitent de gros moyens financiers. Or, la situation actuelle entrave et retarde la concrétisation de ces projets. C’est pourquoi, il lance un appel aux foyers et aux établissements de s’acquitter de leurs créances en vue de faire réussir les projets d’investissement de Sonelgaz. Il faut rappeler que Sonelgaz avait décidé de s’abstenir de couper l’approvisionnement en électricité et en gaz durant la pandémie de Covid-19. Par conséquent, les créances ont augmenté de 61 milliards de dinars algériens à 214 milliards de dinars. La valeur des créances durant les derniers mois a nettement baissé de 214 milliards de dinars à 161 milliards de dinars grâce à l’accélération de la cadence des opérations de recouvrement et aux campagnes de sensibilisation. Mais il semblerait que le Groupe doit trouver d’autres moyens pour obliger les clients à s’acquitter de leurs créances. Les coupures de courant dans ce cas sont inévitables. Par ailleurs et concernant le raccordement des exploitations agricoles au réseau d’électricité, le PDG a fait état de résultats positifs prévoyant le raccordement de 30.000 exploitations jusqu’à la fin de l’année 2022 et 48.000 exploitations agricoles en 2023. Il a également fait part de la programmation de 6 projets à la wilaya de Biskra relatifs à la réalisation de stations de transfert d’électricité à réaliser en début du premier trimestre de l’année 2023. Il a fait état, en outre, du lancement des travaux de transformateur électrique à la wilaya d’Adrar qui sera réalisé avant l’été de 2023, et ce, en vue d’améliorer le service public. Pour sa part, le président de la commission, Ali Bensebgag a mis en avant l’importance vitale du raccordement des exploitations agricoles en électricité compte tenu de leur contribution à la diversification des ressources de l’économie nationale. Les membres de la commission ont évoqué les préoccupations de raccordement des zones d’ombre en électricité et la nécessité de la révision de la tarification d’électricité pour les agriculteurs, ainsi que l’importance de mettre fin aux coupures récurrentes d’électricité dans certaines régions. Synthèse de B. L.

À propos B.L

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*

x

Check Also

Lutte contre le criquet pèlerin dans la région occidentale. La 10ème Session du Comité exécutif de la CLCPRO à Oran

C’est aujourd’hui que s’ouvriront les ...

Arzew. Des constructions illicites démolies

Dans le cadre de la ...

Olympiades Internationales de Mathématiques. La phase qualificative lancée

Le concours des Olympiades Internationales ...

Plusieurs projets inspectés à Sidi Benyabka

Le chef de la daïra ...

Les opérations de nettoyage se poursuivent

Suivant les instructions du wali ...