Accueil » ACTUALITE » Le prix plafond de l’huile alimentaire revu à la hausse. 650 DA les 05 litres

Le prix plafond de l’huile alimentaire revu à la hausse. 650 DA les 05 litres

Un autre coup dur pour les ménages? L’huile de table de 05 litres change de prix. Il a connu une augmentation. Le consommateur devra en acquérir à 650 DA, nouveau prix officiel. Il s’affichait, il y a quelques semaines autour de 560 DA le bidon de 05 litres. Une autre augmentation donc qui risque d’exacerber plus le consommateur dont le pouvoir d’achat est suffisamment secoué par les augmentations des prix des produits de première nécessité tels les produits agricoles et les viandes blanches. Un autre fardeau s’ajoute aux ménages au faible revenu et qu’ils devront difficilement supporter durant la saison de froid en cours, marquée par une demande accrue de consommation des féculents qui utilisent les huiles de cuisine ou de table. Il s’agit d’un souci de plus auquel sont confrontés les consommateurs, contraints depuis plusieurs jours de redoubler de dinars de plus pour pallier au nouveau prix de l’huile de table de 05 litres malgré la faiblesse des salaires et l’absence de revenu pour la catégorie des pauvres. Certains ménages ont trouvé l’astuce de cuisiner au beurre avec la prétention d’économiser des sous. En d’autres termes, tous les stratagèmes sont permis. Que peut espérer de plus le citoyen lambda de cette subite augmentation des prix des bidons d’huile de 05 litres? Que cache-t-elle en fait? Le consommateur, cet éternel dindon de farce, n’arrive plus à se retrouver avec ces augmentations en série. Déplumé financièrement, il ne reste pas beaucoup que ses os soient à fleur de peau. Pour les officiels, cette nouvelle augmentation des prix du bidon d’huile de 05 litres n’a rien à voir avec la spéculation. On rassure que cette hausse est à l’origine d’un décret. Tout compte fait, le prix plafond du bidon de 05 litres de l’huile alimentaire a été revu à la hausse à 650 dinars. Cette hausse est décidée par un décret exécutif publié au journal officiel (JO) N° 77. Le texte prévoit également de nouvelles mesures pour mieux rationaliser les importations pour cette catégorie de denrées alimentaires. Ce décret, signé par le Premier ministre, Aïmene Benabderrahmane, le 5 octobre en cours, modifie et complète le décret 11-108 du 6 mars 2011 fixant le prix plafond au consommateur ainsi que les marges-plafond à la production, à l’importation et à la distribution, aux stades de gros et de détail, de l’huile alimentaire raffinée ordinaire et du sucre blanc. A cet effet, le prix plafond à consommateur, toutes taxes comprises d’un bidon de 05 litres de huile alimentaire raffinée ordinaire est fixé à 650 dinars”, alors que les prix des bouteilles de 02 litres et de 01 litres resteront inchangés à, respectivement, 250 dinars et 125 dinars. Ces prix concernent l’huile alimentaire raffinée obtenue à partir d’un mélange à base d’huile brute de soja et/ou toutes “autres graines cultivées localement”, auxquelles peut être rajoutée une fraction d’autres types d’oléagineux. Quant au sucre blanc, les prix plafonds n’ont subi aucune modification, soit 90 dinars pour le kilogramme en vrac et 95 dinars pour le kilogramme préemballé. Le décret prévoit, par ailleurs, l’obligation de porter de façon visible et lisible les mentions “Huile alimentaire raffinée ordinaire subventionnée” et “Sucre blanc subventionné” sur l’emballage des produits destinés aux consommateurs. En outre, les prix de vente plafonnés ou ceux en dessous des plafonds fixés doivent aussi être mentionnés sur l’emballage sur une bande rouge de 5 centimètres de largeur placée horizontalement en haut. Les quantités d’huile alimentaire raffinée ordinaire et du sucre blanc, destinées aux industriels et aux professionnels, font l’objet, obligatoirement, d’un emballage spécifique de “10 kilogrammes au minimum” pour ce qui est du sucre blanc et d’un conditionnement de “10 litres minimum” pour ce qui est de l’huile alimentaire raffinée ordinaire. Les propriétaires des cafés, des restaurants, des fast-foods sont tenus d’utiliser le sucre blanc conditionné sous forme d’emballage en petites doses, selon le même texte. Le dispositif actuel prévoit une compensation allouée sur le budget de l’Etat aux opérateurs pour la prise en charge de la hausse des prix du sucre roux et de l’huile brute de soja en vue de garantir le maintien des prix plafonds à consommateur. Cette compensation sera désormais allouée également au cas où la matière première est obtenue à partir de graines cultivées “localement”. Toutefois, les prix d’achat de référence de la matière première du sucre blanc et de l’huile alimentaire raffinée ordinaire sur les marchés extérieurs sont publiés par les services du ministère du Commerce et actualisés périodiquement, souligne le nouveau décret. Ainsi, “tout opérateur qui acquiert les matières premières, à des prix nettement plus élevés, doit en fournir les justificatifs. Dans le cas où les justificatifs fournis ne sont pas fondés, la demande de compensation de l’opérateur économique ne sera pas prise en considération”, selon la même source.

À propos B.HABIB

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*

x

Check Also

Près de 24 millions d’électeurs appelés aux urnes. APC et APW: le jour de vérité

Le temps s’annonce probablement gris ...

Récupération des fonds et des biens mal acquis se trouvant à l’étranger «Les procédures prennent du temps» !

La justice algérienne avait lancé ...

Après Mostaganem, Baadji viendra-t-il à Oran ?. «Les élus locaux seront contrôlés par le parti»

Le Secrétaire général du parti ...

Envoi de fonds des émigrés vers l’Algérie. 1,8 milliard de dollars en 2021

Les ménages algériens devront-ils s’attendre ...

Mauvaise distribution ou refus délibéré des vendeurs. Pomme de terre à 50 da, le consommateur en rêve encore

La vente de la pomme ...