Accueil » ACTUALITE » Le prix de cession moyen du mètre carré estimé à 86.000 DA/m2. Achat, vente, location: les tendances

Le prix de cession moyen du mètre carré estimé à 86.000 DA/m2. Achat, vente, location: les tendances

Combien coûte le prix de cession d’un logement en Algérie? Le prix de cession moyen d’un logement est en légère baisse par rapport à 2020. Les prix de l’immobilier n’ont pas globalement beaucoup changé. Cette non volatilité des prix de cession de logement est curieusement intervenue dans un contexte marqué par la crise sanitaire et la crise économique. Pour autant, les prix de cession de logement tels qu’ils sont pratiqués sur le marché de l’immobilier national, sont-ils réellement conformes au niveau actuel des salaires qui n’ont pas progressé d’un iota ? L’Algérie a inscrit un programme de réalisation de près de 50.000 logements pour 2021, année qui connaît une accélération de la cadence des relogements, dans le cadre de l’éradication du vieux bâti et des constructions illicites mais aussi du début salutaire de la prise en charge des souscripteurs au logement social à points. Ces données ont fait que la demande sur le foncier à des fins d’habitat s’est stabilisée. Les prix de cession du logement n’ont pas subi un grand lifting. Le pays s’est transformé en un chantier immense et interminable de logements à construire afin de résorber la forte demande. On en est loin de l’époque où le logement était présenté comme une véritable bombe à retardement. On en est loin aussi du contexte où simplement évoquer le problème de logement, ça vous donnait la chair de poule. Du fait des programmes de logements, toutes formules confondues, qui sont montés sur pied dans le pays, la demande sur le mètre carré est restée stable. Le prix moyen de cession d’un mètre carré (m2) au niveau national, durant le deuxième trimestre 2021, est estimé à 86.000 dinars, selon une étude réalisée par la Caisse nationale du logement (CNL). Le prix de cession moyen d’un logement collectif de 83 m2 est de 7,1 millions de dinars, durant la période avril-juin 2021, selon les nouvelles données de la “Mercuriale des prix immobiliers”, publiées dans le dernier numéro de la revue “Batisseurs.dz”. D’après le même indice, le prix de cession moyen du mètre carré a affiché une légère baisse comparativement au quatrième trimestre 2020 (89.000 dinars/m2). La tendance devrait se poursuivre du moins jusqu’à la fin de 2021, selon les spécialistes. D’une manière générale, les prix moyens annoncés à la vente d’un logement collectif de 83 m2 se situent entre un minimum de 38.000 dinars/m2 et un maximum de 195.000 dinars/m2, précise la CNL. Concernant les maisons individuelles, le prix moyen national de cession s’élève à 21,5 millions de dinars (contre 19 millions de dinars au quatrième trimestre 2020). Les prix varient entre un minimum de 4,2 millions de dinars et un maximum de 35 millions de dinars. S’agissant de la location, la moyenne nationale du prix de location d’un logement collectif de 82 m2, enregistrée durant le deuxième trimestre 2021, est de 25.000 dinars/mois (contre 26.000 dinars/mois au quatrième trimestre 2020). Les loyers se situent entre un minimum de 15.000 dinars/mois et un maximum de 53.000 dinars/mois. Le prix moyen de location des maisons individuelles est de 37.800 dinars/mois (contre 36.000 dinars/mois au quatrième trimestre 2020), variant entre un prix minimum de 14.000 dinars/mois et un maximum de 65.000 dinars/mois. Les wilayas affichant les prix de l’immobilier les plus élevés sont les régions du Nord du pays, notamment côtières. “Cependant, ces prix suivent une tendance baissière de plus en plus qu’on se dirige vers le Sud”, note encore la CNL. Le prix moyen par mètre carré des logements collectifs dans les grandes wilayas, à l’instar de la capitale Alger, Oran et Annaba, représente environ deux fois le prix moyen annoncé au niveau national, selon l’indice. Ainsi, le prix de cession moyen du mètre carré (m2) au niveau de la wilaya d’Alger, durant le deuxième trimestre 2021, est estimé à 194.000 dinars. Il était de l’ordre de 200.278 dinars au quatrième trimestre 2020, selon la même source. Le prix de cession moyen d’un logement collectif au niveau de la capitale se situe autour de 16,17 millions dinars pour une surface moyenne de 84 m2, alors que pour les maisons individuelles, le prix moyen de cession est estimé à 46,27 millions de dinars. Concernant la location des logements collectifs à Alger, au cours du deuxième trimestre 2021, le prix moyen s’élève à 49.242 dinars soit 600 dinars par mètre carré (contre 626 dinars au quatrième trimestre 2020). “Si ces niveaux de loyer dans ces zones atteignent deux fois le loyer moyen au niveau national, ils atteignent en revanche quatre fois le loyer moyen le moins cher enregistré durant le deuxième trimestre 2021 au niveau de la wilaya de Tissemsilt (15.000 dinars/mois)”, souligne la même source. S’agissant des autres régions du pays, le prix moyen de cession du mètre carré dans la wilaya d’Oran est estimé à 138.534 dinars et à 132.781 dinars dans la wilaya d’Annaba. Dans la wilaya de Béjaïa, ce prix est estimé à 126.262 dinars/m2 alors qu’au niveau de la wilaya de Boumerdès, il est évalué à 123.234 dinars/m2. Par ailleurs, le loyer moyen est de 582 dinars/m2 pour Oran, 450 dinars/m2 pour Annaba, 417 dinars/m2 à Béjaïa, suivie de très près par la wilaya de Boumerdès avec 416 dinars/m2, détaille la CNL.

À propos B.HABIB

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*

x

Check Also

Approvisionnement des marchés nationaux en pommes de terre jusqu’à fin novembre Mission: casser les prix !

L’Algérie est parmi les plus ...

Certains d’entre sont candidats à une réélection. Quel bilan pour les élus des assemblées locales?

Est-ce qu’il existe une loi ...

216.000 victimes de prêtres et de religieux pédophiles en France depuis 1950. Un rapport accablant

Scandale récurent à l’Eglise catholique. ...

Grand mécontentement au FLN. La direction du parti à Oran accablée par les militants

L’ex-parti unique à Oran fait ...

Pomme de terre et sardine deviennent des «aliments de riche». «Sale octobre» pour les ménages

Que peut espérer le citoyen ...