Accueil » ACTUALITE » Le président Tebboune demande aux walis de créer des espaces de dialogue régulier. «Soyez à l’écoute des citoyens»!

Le président Tebboune demande aux walis de créer des espaces de dialogue régulier. «Soyez à l’écoute des citoyens»!

Quel nouveau rôle pour les walis? Quelles seront leurs nouvelles attributions en ce début de 2023 ? Et sur quels axes principaux du développement local devront-ils insister ? Fait sans conteste nouveau. Les walis n’attendront pas les instructions centrales pour exécuter ses programmes de réformes et de relance de l’économie et de l’investissement. Pour les observateurs, cela prouve la confiance qu’il renouvelle aux walis et walis délégués actuels. Ce qui, soit dit en passant, laisse infime l’hypothèse d’un autre remaniement en ce début 2023. Le président Tebboune a instruit les walis d’être à l’écoute des citoyens et d’instaurer les passerelles de dialogue fructueux avec les différentes composantes constitutionnelles représentant les couches des citoyens. La bonne nouvelle annoncée par le président Tebboune concerne l’«affranchissement» des walis de toutes les entraves et les blocages pour régler les problèmes inhérents au développement local et aux citoyens en particulier. Les walis sont en quelque sorte considérés comme les «Chefs de gouvernement» de leur wilaya. Ils auront les coudées franches et toute la latitude d’opter pour les décisions qu’ils jugeront utiles et légales. Pour cela, le gouvernement de Aymen Abderrahmane, sous l’impulsion du président algérien Abdelmadjid Tebboune, a dévoilé sa nouvelle «feuille de route». Cela fait au moins cinq fois depuis son investiture que le président de la république se confie et se réunit avec ses walis. Cela dénote de l’importance qu’il accorde à ce corps de commis de l’Etat sur lequel il compte poursuivre ses réformes, la relance de l’économie nationale dont il préconise sa libération dans les prochaines années des opérations d’importations. Le président algérien avait, rappelons-le, opéré en septembre 2022 un « vaste » mouvement dans le corps des walis et ce n’est guère une surprise qu’il veuille impulser une nouvelle dynamique afin de les propulser au rang de « Chefs de gouvernement » de leur wilaya. Le président insiste sur «le dialogue avec le citoyen » dans une conjoncture socioéconomique peu enviable car marquée, faut-il le rappeler, par un effondrement sans précédent du pouvoir d’achat, la disparité des salaires et de persistance de certaines préoccupations comme le logement social malgré toutes les améliorations. Et ce dialogue auquel appelle une nouvelle fois le président de la République, fait que les walis et les walis délégués soient à l’écoute en permanence avec les citoyens. Le dernier discours du président adressé revêt un cachet, somme toute particulier, en ce sens qu’il intervient pour la troisième année consécutive dans un contexte de «dé-confinement» et de gestion rigoureuse des collectivités locales. Par quoi devront commencer les walis ? M.Abdelmadjid Tebboune a appelé, jeudi à Alger, les walis à « se libérer de l’hésitation » et à « faire preuve d’esprit d’initiative et d’audace », saluant les résultats obtenus et leur contribution au règlement des problèmes qui entravaient le travail des entreprises. Dans une allocution prononcée à l’ouverture des travaux de la rencontre, Gouvernement-walis au Palais des nations, sous le thème « Développement local : évaluation et perspectives », le Président Tebboune a appelé les walis à « se libérer de l’hésitation et à faire preuve d’esprit d’initiative et d’audace, d’autant que cette étape est celle des défis stratégiques de la sécurité énergétique, alimentaire et hydrique ». « Nous avons pris toutes les mesures pour protéger et soutenir les walis », a affirmé le président de la République. Le Président Tebboune a, par ailleurs, souligné qu’il œuvrait à « asseoir les bases de la nouvelle gouvernance à travers la diversification des sources de financement et l’amélioration des méthodes de gestion ». « Les méthodes de gestion n’étant pas figées, les walis n’ont pas à attendre les instructions centrales », a-t-il dit. Saluant la contribution des walis au « règlement des problèmes qui entravent les entreprises pour des raisons bureaucratiques ou des vides législatifs », le président de la République a précisé que les résultats des décisions prises par les walis avaient permis, en peu de temps, de créer entre 600 et 700 micro petites, moyennes et grandes unités économiques, contribuant au développement local. Des décisions qui ont également permis, a-t-il dit, « la création de 52.000 emplois au moment où le monde fait face à une crise économique.  Le président de la République, M. Abdelmadjid Tebboune a également instruit les walis « d’être à l’écoute » des préoccupations des citoyens pour « les rassurer et créer des espaces de dialogue régulier » avec les instances constitutionnelles représentant les différentes composantes du peuple affirmant que l’Algérie compte parmi les rares pays qui disposent de deux instances représentant le citoyen et les jeunes. Le président de la République a donné des instructions aux walis pour « créer des espaces de dialogue régulier avec l’Observatoire national de la société civile afin d’écouter les préoccupations exprimées au nom du peuple », soulignant que l’Observatoire « représente le citoyen dans toute sa composante, étant une instance habilitée en vertu de la Constitution à s’exprimer en son nom ». Le Président Tebboune a appelé, à ce propos, à « adopter un dialogue régulier, constitutionnel, civilisationnel et national entre les walis et le Haut Conseil de la jeunesse », affirmant que le médiateur de la République « doit écouter et transmettre les préoccupations du citoyen, et redresser la situation si possible ». Le président de la République a rappelé, en outre, que « l’année actuelle verra l’amendement des codes communal et de wilaya », précisant qu’il s’agit de « modifier et non de corriger » afin d’avoir de « vrais élus ». Et d’ajouter que les codes communaux et de wilayas « permettront de parachever le socle de l’édification participative, loin de l’autoritarisme et de l’autocratie ». Les élus locaux « ne sont pas de simples gestionnaires ou exécuteurs de décisions », a souligné le Président Tebboune. « Ils disposent de toutes les prérogatives -sous le contrôle de la loi-, des prérogatives que nous œuvrons à renforcer », a-t-il dit. Par ailleurs, le Président de la République a souligné l’impératif d’assurer « une formation périodique aux élus locaux pour leur permettre de prendre connaissance de tous les textes juridiques disponibles ». Pour sa part, le Premier ministre, Aïmene Benabderrahmane, a affirmé que la rencontre Gouvernement-Walis a permis de mettre en lumière certains indicateurs des performances, tant au niveau central que local, et de montrer les résultats positifs réalisés pour pallier les lacunes enregistrées à même de répondre aux besoins des citoyens. Cette rencontre est devenue « une tradition qui permet au Gouvernement de s’enquérir de la mise en œuvre des différentes politiques publiques lancées et évaluées par lui-même aux côtés des walis qui sont concernés par leur concrétisation sur le terrain », a fait savoir M. Benabderrahmane dans une allocution prononcé lors de la séance de clôture des travaux. Le Premier ministre a également rappelé les orientations du président de la République, M. Abdelmadjid Tebboune, lors de l’ouverture de la rencontre Gouvernement-Walis en septembre dernier, dans lesquelles il a insisté sur l’impératif de mettre en place une nouvelle approche pour placer le développement local au cœur de la politique économique du pays, en traçant les objectifs et en œuvrant à leur réalisation. Quant au ministre de l’Intérieur, des Collectivités locales et de l’Aménagement du territoire, Brahim Merad, il a affirmé que la rencontre Gouvernement-walis « consacre l’action concertée et coordonnée entre les pouvoirs publics sur les plans central et local ». Intervenant lors des travaux de la rencontre Gouvernement-walis, M. Merad a souligné que cette rencontre, « consacrée comme nouvelle tradition par le Président de la République », permettra d’unifier les vues et d’intensifier les efforts pour davantage d’efficacité en matière de mise en œuvre des politiques publiques, notamment celles ayant trait au développement local socioéconomique de manière à assurer une meilleure prise en charge des préoccupations du citoyen et être à la hauteur de ses aspirations ». Rappelant que le Président de la République « a érigé ces aspirations en objectifs à réaliser », le ministre de l’Intérieur a mis l’accent sur « l’impératif d’une nouvelle conception pour généraliser le développement à travers tout le territoire national ». Revenant sur les conclusions de la rencontre Gouvernement-walis tenue en septembre dernier, M. Merad a évoqué « la feuille de route suivie sur la base des recommandations adoptées », avant de passer en revue la teneur de l’opération d’évaluation du dossier de développement des zones d’ombre.

À propos B.HABIB

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*

x

Check Also

14 stations de dessalement opérationnelles et plusieurs projets en cours de construction. 3,7 millions m3/jour de production d’ici fin 2024

Quel avenir pour les ménages ...

Crédits alloués par l’Etat aux PCD et PSD dans la wilaya d’Oran. Une augmentation de 15,34 milliards de DA contre 12,30 milliards de DA en 2023

Les crédits de paiement alloués ...

Des mégaprojets et des investissements attendent leur finalisation d’ici 2027. L’Algérie bientôt sur le podium des puissances économiques

L’Algérie se métamorphose depuis 2019 ...

Campagne nationale de Pêche du thon rouge. Oran participe avec plus de 116 tonnes et 02 navires thoniers

Pas moins de 116, 4723 ...

Le paysage préélectoral s’installe progressivement. Course à la présidentielle

La décision du Président de ...