Accueil » ACTUALITE » Le Pr Rachid Belhadj tire la sonnette d’alarme. Une 4ème vague plus virulente!

Le Pr Rachid Belhadj tire la sonnette d’alarme. Une 4ème vague plus virulente!

La quatrième vague arrivera-t-elle? A quoi pourrait-elle ressembler? Et quels en seront les principaux symptômes? Alors que la 3ème vague est déjà virulente avec le nombre de morts qu’elle provoque, les épidémiologistes envisagent d’ores et déjà une 4ème vague dès cet été. Quand se produira-t-elle? On l’ignore pour l’instant. Un tel virus aussi invisible et indolore pourrait nous prédire quand va-t-il frapper à nos portes. Il est évident que la situation engendrée, ces derniers jours, par la propagation de la Covid-19 est «alarmante», selon les experts et les médecins de la santé publique en Algérie. Le nombre de décès est en constante hausse, dont certaines victimes succombent à cause du manque d’oxygène. L’affaire de rupture de stock des hôpitaux en oxygène médical est mal tombée. Plusieurs malades du covid en soins intensifs nécessitant de l’oxygénothérapie n’ont pu résister à cause de la force du virus et du manque de ce liquide précieux en débit insuffisant. Le Dr Merabet disait récemment qu’«on est en train de dire qu’il y a de plus en plus de malades qui viennent à l’hôpital, ce qui en soi nous inquiète car on ne veut pas retomber sur le cas de la 2ème vague». Est-ce à dire que la forte affluence qui s’abat sur les hôpitaux est un mauvais signe? Plus personne désormais ne pourrait prédire quand ni comment. Seule la prévention par la vaccination et le respect des gestes barrières s’imposent. Peut-être qu’on est appelé à vivre avec comme le suggèrent des médecins du comité scientifique chargé de la surveillance de la pandémie. Certaines statistiques informelles font état qu’une personne malade aurait besoin d’entre 4 et 5 litres d’oxygène tandis que cette quantité ne suffirait pas à tous les malades admis en raison de la pression qui pèse sur les hôpitaux et du manque d’oxygène. Afin de régler cette pénurie d’oxygène dans les hôpitaux, le gouvernement a décidé une série de mesures dont le recours aux importations afin de soulager les malades atteints de formes graves de la maladie. Le professeur Rachid Belhadj, directeur des activités médicales et paramédicales au CHU Mustapha Pacha, tire la sonnette d’alarme. Face à la menace du variant Delta, une quatrième vague reste possible, préviennent des médecins. D’emblée, le Pr Belhadj dit ne pas écarter une quatrième vague encore plus virulente. Interrogé par le journaliste de la radio Chaîne 3, Ahcène Chemache, le professeur Belhadj s’est montré préoccupé par la situation qui sévit dans les structures de santé. «La situation que nous vivons est préoccupante», a-t-il confié en précisant que le nombre de décès enregistrés augmente «en raison de la virulence du virus et du manque d’oxygène». «Avec cette troisième vague, et particulièrement depuis le 21 juillet dernier, nous avons eu d’importantes perturbations en matière d’approvisionnement en oxygène», indique-t-il. Le directeur des activités médicales et paramédicales évoque une situation de burn-out du personnel médical qui, en plus de la fatigue, «assiste impuissant à la mort des patients par manque de pression d’oxygène». Selon le Professeur, «cette pénurie est due à la forte demande occasionnée par la hausse du nombre de malades qui ont atteint des formes graves et qui nécessitent une oxygénothérapie à un débit très élevé». Redoutant une aggravation de la situation et n’écartant pas une éventuelle quatrième vague, Rachid Belhadj réitère son appel aux autorités à doter les grandes structures de santé de générateurs pour qu’ils puissent avoir leur autonomie en oxygène. S’adressant aux citoyens, le professeur demande une solidarité active et responsable. Il les exhorte à se faire vacciner et à respecter les mesures de prévention.

À propos B.HABIB

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*

x

Check Also

Le prix plafond de l’huile alimentaire revu à la hausse. 650 DA les 05 litres

Un autre coup dur pour ...

Spéculation et pratiques commerciales frauduleuses «Un chiffre d’affaires de 60 milliards de da»

Les pratiques commerciales illicites ou ...

Société algérienne de distribution d’électricité et de gaz (SADEG). 207 milliards de dinars de créances

Les citoyens sans ressources ou ...

Leurs assourdissements ont empêché les gens de fermer l’œil. Malgré leur interdiction, les pétards ont fait des siennes

L’usage des produits techniques prohibés ...

17 octobre 1961. Les Oranais se remémorent le génocide

Les horribles massacres perpétrés à ...