Accueil » CHRONIQUE » Le pétrole s’en va en guerre

Le pétrole s’en va en guerre

Les membres de l’Organisation de l’OPEP+ ont convenu «d’ajuster à la hausse la production totale mensuelle de 43.000 barils par jour pour le mois de mai», a annoncé l’Alliance dans un communiqué, à l’issue d’une réunion éclair, au résultat largement attendu. Le cartel mentionne un «ajustement» pour des raisons techniques du plafond de référence, auparavant de 400.000 barils. L’Algérie augmentera sa production journalière de pétrole de 11.000 barils en mai prochain, a indiqué jeudi le ministère de l’Energie et des Mines dans un communiqué. Avec cette décision, l’Alliance ne dévie donc pas de sa ligne, amorcée au printemps 2021 à la faveur du redressement de la demande, après des coupes drastiques pour faire face au choc de la pandémie de Covid-19. L’OEPE + ne fléchit pas à la pression, en continuant de résister aux appels des Etats-Unis et de l’AIE à accroître l’offre pour faire baisser les cours, dopés par la guerre en Ukraine et les sanctions occidentales contre Moscou. L’Arabie saoudite et les Emirats Arabes Unis qui disposent de la majeure partie des capacités de production non-employées au sein de l’OPEP, justifient ce refus en expliquant que le groupe ne doit pas se soucier de politique mais seulement de l’équilibre entre l’offre et la demande mondiales. Pour les spécialistes, l’Arabie Saoudite ne veut en aucun cas rentrer en conflit avec la Russie, un des plus gros producteurs de gaz et de pétrole. Les producteurs savent, très bien qu’au moindre faux calcul, la Russie pourrait brader son pétrole et augmenter sa production d’autant que l’UE continue d’acheter le pétrole russe. Déjà, l’heure est à la recherche d’un compromis entre l’Ukraine et la Russie qui dialoguent pour une fin de guerre, et donc ni l’Arabie Saoudite, ni un autre membre de l’OPEP ne veulent «plaire» aux Américains et rentrer indirectement en conflit avec les Russes. Le président américain Joe Biden a annoncé le déblocage d’un million de barils de pétrole, ce jeudi, pour 06 mois, afin de freiner la hausse des prix du carburant et tenter de rediriger les prix à la baisse. Il a ordonné de puiser 01 million de barils par jour dans les réserves stratégiques de pétrole pendant six mois, une initiative «sans précédent» dans l’histoire américaine, a annoncé la Maison Blanche, jeudi. La perspective de ce déversement record d’or noir américain faisait déjà baisser les cours, jeudi à Londres comme à New York, d’environ 5%. «Cette initiative doit, selon un communiqué de l’exécutif américain, servir à «faire la transition jusqu’à ce que la production [américaine] augmente en fin d’année». L’administration américaine utilisera les revenus tirés de la vente de ces réserves pour reconstituer les stocks «dans les années à venir», note «Zone Bourse». «L’ampleur de la libération proposée est suffisamment importante pour combler en grande partie, voire complètement, le déficit de l’offre sur le marché du pétrole brut pendant une période », a déclaré à Reuters Tobin Gorey, analyste des matières premières à la Commonwealth Bank. Le baril de pétrole brut Brent de la mer du Nord a été payé 103,59 dollars sur le marché à terme de Singapour vendredi matin. C’est 1,12 dollar de moins que jeudi. Le baril de pétrole américain WTI a coûté 98,91 dollars, soit une baisse de 1,37 dollar.

À propos B.nadir

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*

x

Check Also

De gros moyens contre les feux de forêts

Les dégâts causés par les ...

OPEP, réunion décisive en juin

L’OPEP approche un moment décisif ...

Cancer, tout pour un diagnostic précoce

En Algérie, environ 55 000 ...

Netanyahu isolé, la victoire de la Palestine!

Lundi, le procureur de la ...

L’Emir Abdelkader revient cette semaine!

Les historiens de la Commission ...