Accueil » CHRONIQUE » Le pétrole dans le champ de bataille!

Le pétrole dans le champ de bataille!

Les attaques de drones en Iran, l’embargo de l’Union européenne et le plafonnement des prix par les pays riches du G7 sur les produits pétroliers russes menacent la stabilité des prix du pétrole. Les cours du pétrole baissaient lundi, mais une attaque sur un site militaire iranien ainsi que l’approche de l’embargo sur l’or noir russe pourrait faire rebondir les prix, rapporte l’AFP. «Le risque d’escalade du conflit pourrait conduire à des perturbations dans le détroit d’Ormuz, par lequel passe 20 millions de barils par jour», préviennent les analystes de Goldman Sachs. «En cas d’absence d’escalade visible, les prix devraient toutefois rester calmes», ajoutent-ils. De son côté, le géant énergétique britannique BP a diminué de 2,3% ses prévisions de consommation énergétique en 2035 dans le monde par rapport à celles publiées l’an passé. La demande mondiale de pétrole pourrait atteindre 93 millions de barils par jour en 2035, soit 5% de moins que BP ne le prévoyait en 2022. La guerre en Ukraine a également poussé PB à revoir légèrement à la baisse ses prévisions pour la demande en pétrole et les émissions mondiales de gaz à effet de serre. Le principal événement de la semaine sera la réunion ministérielle, mercredi, des membres de l’OPEP et de leurs alliés de l’accord OPEP+. Les analystes d’Eurasia Group s’attendent à ce que le cartel maintienne inchangés ses quotas de production. «Le marché reste sous pression, les prix sont proches de la zone d’agrément de l’OPEP et la plupart des signaux pointent vers le haut», expliquent-ils. «Les membres de l’OPEP vont vouloir préserver l’équilibre du marché plutôt que de prendre des mesures qui pourraient provoquer des mouvements de prix marqués », ajoutent-ils. Entre-temps, le Président russe Vladimir Poutine a discuté, lundi, avec le prince héritier saoudien Mohammed Ben Salmane, des moyens de garantir la stabilité dans le marché mondial du pétrole et ce, dans le cadre OPEP+. La Présidence russe, le « Kremlin », a indiqué dans un communiqué que les deux parties ont discuté par téléphone « de la question du développement de la coopération bilatérale dans les domaines politique, commercial, économique et énergétique, ainsi que de la coopération dans le cadre de l’OPEP+ pour assurer la stabilité du marché mondial du pétrole», selon la chaîne « Russia Today». Il est peu probable que la réunion du comité OPEP + signale un changement dans la politique de production “étant donné l’incertitude persistante qui éclipse le marché, tant du point de vue de l’offre que de la demande”, ont déclaré Warren Patterson et Ewa Manthey, stratèges des matières premières chez ING, dans une note. Le gouvernement russe a interdit, lundi, aux exportateurs nationaux de pétrole et aux organes de régulation de respecter les plafonds sur les prix imposés par les Occidentaux sur le brut russe, une mesure destinée à renforcer l’interdiction décidée par le Kremlin des livraisons vers les pays concernés.

À propos B.nadir

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*

x

Check Also

La surabondance du blé fait le bonheur de l’Algérie

Les exportations de blé de ...

Migration et asile, l’UE durcit les lois!

L’UE fait face à une ...

2024, la bonne année du pétrole !

Malgré l’attaque de l’Iran contre ...

A l’aube d’une troisième guerre mondiale!

Le samedi 13 avril, l’Iran ...

Le pétrole au centre du conflit Iran-Israël

Les prix du pétrole ont ...