Accueil » CHRONIQUE » Le pétrole au centre du conflit Iran-Israël

Le pétrole au centre du conflit Iran-Israël

Les prix du pétrole ont enregistré une hausse vendredi, portés par les tensions géopolitiques. Les investisseurs redoutent des perturbations dans l’approvisionnement mondial si le conflit entre Israël et le Hamas s’étend aux pays voisins, notamment à l’Iran. Le cours du baril dépasse les 90 dollars. Les tensions entre Israël et l’Iran s’ajoutent ainsi «une prime de risque non quantifiable aux prix», explique Ole Hansen, analyste chez Saxobank. «Si l’Iran attaque Israël, le pétrole va certainement augmenter», acquiesce Han Tan. «A cela s’ajoute la limitation continue de la production de la part de l’OPEP qui soutient un resserrement mondia» de l’offre, note Ole Hansen. La demande mondiale de pétrole semble ralentir, bien que la fin de l’ère du pétrole ne soit pas encore à l’horizon. L’Agence internationale de l’énergie «AIE» a révisé ses prévisions pour l’année en cours. Selon son dernier rapport, la demande mondiale de pétrole devrait croître de 1,2 million de barils par jour en 2024, soit 130 000 de moins que les estimations antérieures, comparativement à une augmentation de 2,2 millions de barils par jour en 2023. «Avec le rebond post-Covid désormais largement achevé, et les gains d’efficacité des véhicules et l’expansion du parc de voitures électriques agissant comme des freins supplémentaires à la demande de pétrole, la croissance en 2024 et 2025 ralentit», a ajouté l’Agence. Ces prévisions suggèrent «un pic de consommation pour cette décennie», affirmait l’AIE conformément à ses précédentes analyses. Parallèlement, la demande mondiale devrait atteindre un niveau record de 103,2 millions de barils par jour. Du côté de l’offre, la production mondiale en 2024 devrait augmenter de 770 kb/j pour atteindre 102,9 mb/j, principalement tirée par les pays non membres de l’OPEP+, les États-Unis en tête. Jeudi dernier, l’OPEP a partagé ses projections mensuelles, indiquant que la consommation mondiale de pétrole devrait atteindre en moyenne 104,5 millions de barils par jour en 2024, puis 106,3 millions de barils par jour en 2025. L’organisation souligne que la demande mondiale de pétrole, soutenue notamment par le secteur des transports, dont l’aviation, devrait continuer à croître en 2024. Ole Hansen souligne que les deux organisations continuent de présenter des perspectives divergentes quant à la croissance de la demande pour 2024.

À propos B.nadir

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*

x

Check Also

Cancer, tout pour un diagnostic précoce

En Algérie, environ 55 000 ...

Netanyahu isolé, la victoire de la Palestine!

Lundi, le procureur de la ...

L’Emir Abdelkader revient cette semaine!

Les historiens de la Commission ...

Du nouveau pour les urgences sanitaires

Les 196 États membres du ...

L’optimisme de l’OPEP

L’OPEP et l’Agence internationale de ...